Pourquoi certains journalistes choisissent-ils de se financer grâce au crowdfunding ?

·1 min de lecture

Du jeu vidéo au bien-être, en passant par la vulgarisation scientifique et le sport, de nombreux créateurs de contenus sur Internet trouvent leur salut dans des plateformes dîtes de crowdfunding. Sur la base du financement participatif, ces plateformes permettent de faire appel aux dons de paticuliers pour se rémunérer et se professionnaliser. C'est le cas de Tipeee, dont le PDG et fondateur Michael Goldman était invité de Culture Médias mercredi. Il a notamment expliqué que certains journalistes en recherche d'indépendance décident eux aussi de se financer sur sa plateforme. 

>> Retrouvez Philippe Vandel et Culture-Médias tous les jours de 9h à 11h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

C'est le cas, par exemple, de l'un de ses plus gros comptes de créateurs, la chaîne YouTube ThinkeVview. "Il s'agit de journalisme indépendant, dont le souci principal, dès le début, était de ne vouloir avoir affaire à aucun annonceur et avoir une totale liberté de ton et éditoriale", affirme-t-il. "Tipeee est l'outil que ThinkerView utilise et il ne vit que de ses donateurs. Tout le mérite lui revient et il collecte aujourd'hui un peu plus de 20.00 euros par mois", a poursuivi le fondateur de la plateforme. 

Des formats aux antipodes des médias traditionnels

Le principe ? De longues interviews d'une heure et demi à deux heures, face caméra, avec des invités parfois assez polémiques. "Ca amène toujours un regard neuf et original. Et c'est probablement des formats qui ne pourr...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles