Pourquoi cache-t-on une fève dans les galettes ?

© Jacqueline Macou, pixabay.com

Que serait la tradition de la galette des rois sans celle de la fève ? Dans chacune des galettes fabriquées, le boulanger introduit une fève qui servira à désigner le “roi” parmi les convives partageant la galette. L’usage de la fève remonte probablement aux Romains qui l’utilisaient comme « bulletin de vote » pour élire le roi du festin lors des fêtes des Saturnales, des rassemblements populaires pour célébrer le solstice d’hiver, entre décembre et janvier. Pendant sept jours consécutifs, de grandes fêtes avaient lieu en l’honneur de Saturne, dieu de la Paix et de la Prospérité. A cette occasion, maîtres et esclaves se retrouvaient pendant un temps sur un pied d’égalité : un tirage au sort faisait roi un esclave ou un condamné à mort.

Au IVème siècle, l’Eglise rend fériée la date du 6 janvier pour célébrer la naissance de Jésus et l’adoration des Mages. La tradition du tirage du roi héritée des Romains est conservée pendant le haut Moyen-Age, à la même saison. Point de Saturnales mais une « fête des fous » où les rôles sociaux sont totalement inversés : les domestiques deviennent les maîtres et les maîtres, domestiques. Le « roi de la fête » était celui qui trouvait une fève dans un gâteau. La première attestation du partage d’une galette remonte à 1311 dans une charte de Robert de Fouilloy, évêque d’Amiens. Normalement, celui qui trouvait la fève devait payer sa tournée à la tablée. Pour ne pas débourser un centime, il était courant que certains participants avalaient la fève (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Quand les noms des rues racontent l'histoire
Comment fait-on un feu d'artifice ?
Quels sont les pays qui fêtent le nouvel an en premier et en dernier ?
Depuis quand cultive-t-on les huîtres ?
Cuisine : voici les meilleures étapes à suivre pour cuisiner les lentilles