Pourquoi la Bretagne connaît un taux de cancer de la peau trois fois supérieur à la moyenne nationale ?

Si l’on écoute les vieux clichés à propos de la météo, il pleuvrait (trop) souvent en Bretagne. Et pourtant, saviez-vous que le taux de cancer de la peau est trois fois supérieur à la moyenne nationale dans la région ? Un phénomène qui inquiète les autorités sanitaires locales. "On est confrontés à une augmentation progressive mais continue du nombre de mélanomes en Bretagne sur les trente dernières années : on est trois fois supérieur à la moyenne française", s’alarme Élodie Poullin, directrice de la CPAM des Côtes d’Armor.

Mais comment expliquer que la Bretagne – réputée pluvieuse et fraîche – soit particulièrement touchée par ce phénomène, avec près d’un millier de mélanomes détectés chaque année et une surmortalité de 28% chez la femme ? Le premier facteur de risque expliquant ces nombreux cas est (tout simplement) la météo. En effet, face à cette météo capricieuse, les habitants ont tendance à n pas bien se protéger du soleil. "Or, malgré tout ce qu’on dit, la Bretagne a quand même une incidence UV importante", nuance le dermatologue Luc Sulimovic, président du Syndicat national des dermato-vénérologues.

Les coups de soleil ne se produisent pas seulement en plein soleil, et "peuvent aussi se produire quand la température est plus faible, au niveau de l’intensité à partir du niveau UV 3", rappelle Élodie Poullin.

Autre facteur majeur : les habitants. "Parmi la population, on a beaucoup de phototypes 1, soit quand (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Rhume ou Covid-19, comment faire la différence ?
Cancer du sein : 6 bonnes raisons de répondre au dépistage organisé
Alzheimer : résultats prometteurs pour un médicament qui ralentit le déclin cognitif
CHIFFRES COVID FRANCE. Ce vendredi 30 septembre 2022 : cas, les infos du jour en direct
L'hystérectomie pourrait augmenter le risque de diabète de type 2, surtout chez les femmes jeunes