Pourquoi "Borat 2" est plus qu'une comédie potache et scabreuse

Jérôme Lachasse
·6 min de lecture
Affiche de la suite de
Affiche de la suite de

Depuis l'élection de Donald Trump, les humoristes ont coutume de dire que le président américain les a mis au chômage, en surpassant leurs gags les plus fous, avec ses nombreuses déclarations à l'emporte-pièce et sorties de route,

En 2020, Sacha Baron Cohen semble avoir réussi l'impossible avec Borat, Le Film d'Après: L'Incroyable subterfuge au régime américain pour mettre en lumière la nation du Kazakhstan, jadis si glorieuse, comédie aussi virulente et inventive que son invraisemblable titre.

Tourné dans le plus grand secret, Borat 2 suit Borat Sagdiyev, journaliste kazakh au comportement si stupide qu’il en devient le révélateur de la bêtise humaine. De retour aux Etats-Unis, il est mandaté par son gouvernement pour offrir en cadeau au vice-président Mike Pence, sa fille Tutar, âgée de 15 ans (l'actrice de 24 ans, Maria Bakalova).

"Votez ou vous serez exécuté"

Borat 2 est LE film de l’année 2020: celui qui en résume le mieux les enjeux, les tensions et les craintes. Celui aussi dont la folle ambition est de sauver cette annus horribilis, marquée par les incendies en Australie, la pandémie de coronavirus et l’attentat contre Samuel Paty, le professeur décapité pour avoir montré des caricatures de Mahomet.

https://www.youtube.com/embed/qiUa1PW2GjA?rel=0

Du féminisme au Covid-19 en passant par les abus de pouvoir des proches de Donald Trump, les attaques contre la liberté d’expression, la montée de l'extrême-droite et la résurgence de l'antisémitisme et du négationnisme, tous les sujets les plus importants de notre époque sont abordés. Borat 2 est le cri de révolte d'un homme qui en a assez de voir les sujets essentiels détournés dans le débat public par des polémiques stériles.

Longtemps, ce cri a été masqué par la comédie. Sacha Baron Cohen parle rarement à la presse et préfère promouvoir ses films en jouant sur les plateaux TV ses personnages extravagants, au risque de brouiller la portée politique de son message. S’il poursuit aujourd’hui cette méthode, comme il l'a prouvé récemment chez Jimmy Kimmel, le message de Borat 2 est beaucoup plus clair que dans ses précédentes comédies.

Humour féroce et scabreux

Amateur de déguisements, de canulars et de caméras cachées, ce guérillero de l’humour dénonce avec un humour féroce et scabreux la mondialisation des discours haineux qui s’affiche désormais sans complexe, et témoigne selon lui de la montée des extrêmes au pouvoir et des dangers qui menacent aujourd’hui la démocratie.

A quelques semaines de l’élection présidentielle américaine, Borat 2 est donc la tentative sans doute un peu naïve de Sacha Baron Cohen d'inciter les jeunes Américains à voter. "Votez ou vous serez exécuté", est-il écrit d’ailleurs à la fin du film, déjà accusé par le camp républicain d’être un outil de propagande commandé par Joe Biden.

https://www.youtube.com/embed/dJIXygpYcuE?rel=0

L’humour de Sacha Baron Cohen cache une vision profondément idéaliste du monde contemporain, où l’art aurait encore la capacité de changer les mentalités. Cohen en est paradoxalement parfaitement conscient: le monde dans lequel évolue Borat est celui des algorithmes, où paroles et images sont sans cesse manipulées pour créer de fausses informations.

Infiltré chez les conspirationnistes

Un des sommets de Borat 2 est en toute logique la séquence où Sacha Baron Cohen, déguisé en Borat, est confiné cinq jours avec des conspirationnistes persuadés que Hillary Clinton est à l’origine du coronavirus et boit du sang d’enfants. Leur ignorance de la pandémie serait presque comique si elle n’était pas le symbole des dangers des réseaux sociaux, note l'humoriste dans le New York Times:

"Ce sont des gens ordinaires, des gens bons à qui on a servi un régime de mensonges. Ils sont très différents des hommes politiques [...] qui ont compris qu’ils pouvaient créer la peur en diffusant ces mensonges à l’aide de l’outil de propagande le plus efficace de l’histoire: [les réseaux sociaux]."

Le 21 novembre 2019, lors d'une conférence organisée à New York par l'association de lutte contre l'antisémitisme ADL, l’interprète de Borat a pour la première fois pris position en son nom et a accusé Facebook d’avoir favorisé la diffusion d’idées négationnistes:

"J’ai passé la plus grande partie des deux dernières décennies dans la peau d’un personnage", avait-il déclaré ce jour-là. "C’est la première fois que je me lève et que je fais un discours en tant que mon personnage le moins populaire: Sacha Baron Cohen. Et je dois vous avouer que c’est terrifiant."

https://www.youtube.com/embed/ltAlgjJ5AU8?rel=0

L’antisémitisme et le négationnisme, deux de ses chevaux de bataille, sont au centre de Borat 2, mais font étonnamment l’objet de scènes très tendres, preuve que Sacha Baron Cohen a retenu la leçon de ces précédents films et sait désormais apporter de la nuance à sa satire.

La solution, les enfants

Souvent accusé de sexisme, Sacha Baron Cohen a réservé aux femmes les meilleurs rôles du film. Leur sagesse permet d’atténuer sa vision du monde profondément pessimiste et montre que l’humoriste, contrairement à beaucoup de ses pairs, évolue avec son temps en refusant d’être partisan du "c’était mieux avant".

Certaines critiques américaines ont jugé que le choc du racisme décomplexé de la société américaine, déjà au centre du premier Borat, avait perdu de sa force avec le temps. C’est tout l’objet de Borat 2: quand une boulangère accepte sans sourciller d’écrire un message appelant au massacre des Juifs sur un gâteau, que reste-t-il à espérer de ce monde?

Nos enfants sont la solution, semble dire Sacha Baron Cohen avec ce film. Borat est accompagné dans son nouveau périple par sa fille Tutar, incarnée par la jeune actrice bulgare Maria Bakalova. Révélation comique, elle tient la dragée haute à Sacha Baron Cohen et décroche les plus gros fou-rires du film. Elle parvient aussi à piéger Rudy Giuliani, l'avocat de Donald Trump, dans la scène la plus controversée du film.

Piéger l’avocat de Donald Trump

Lors d’une rencontre où Maria Bakalova se fait passer pour une journaliste, l'ancien maire de New York de 76 ans est filmé dans une chambre d’hôtel en train de retirer son micro, puis de mettre ses mains dans son pantalon pour toucher ses parties génitales. Borat, vêtu d'un improbable déguisement, intervient alors à ce moment: "Elle a 15 ans! Elle est trop vieille pour toi."

Rudy Giuliani, qui avait affirmé cet été avoir compris qu’il avait été piégé par Sacha Baron Cohen, est depuis ce mercredi revenu sur ses propos, assurant que la séquence est "fabriquée" et qu’il n’a jamais "eu un comportement inapproprié".

Producteur, scénariste et star de Borat 2, Sacha Baron Cohen joue gros avec ce film. Le tournage a déjà été rude pour l’humoriste. Il a failli mourir lors d'un rassemblement d'extrême droite et a été menacé de poursuites judiciaires par la famille d’une survivante de la Shoah, qu’il aurait piégé pour le film (Cohen assure qu’elle avait été prévenue à l'avance).

Ces scènes ne représentent cependant qu'une infime partie du film, qui regorge de scènes aussi déjantées. Il faut les voir, car elles représentent le monde tel qu’il est réellement, dans toute sa violence et dans toute son hypocrisie. Si Sacha Baron Cohen, le plus pessimiste et le plus réaliste des humoristes, parvient à en rire, l’année 2020 est peut-être sauvée grâce à Borat.

Article original publié sur BFMTV.com