"Pourquoi les banques centrales s’intéressent-elles soudainement aux cryptomonnaies ?"

·1 min de lecture

Jamal Bouoiyour, enseignant-chercheur à l'Université de Pau et des pays de l'Adour, analyse l'engouement soudain des banques centrales pour les monnaies digitales.

Après avoir rejeté le bitcoin, et plus globalement les cryptomonnaies, depuis leur apparition il y a un peu plus d’une dizaine d’années, les banques centrales ont décidé d’infléchir leur position et ont commencé à réfléchir sérieusement à la création de leur propre monnaie digitale, dénommée " monnaie numérique de banque centrale " ou MNBC.D’après la Banque des règlements internationaux (BRI), 86 % des banques centrales sont en train d’étudier cette possibilité. Certaines sont plus avancées que d’autres. Il est clair que les États se sentent de plus en plus menacés par les avancées spectaculaires liées à l’alliance de la finance et la technologie et ne veulent surtout pas " louper " le train des monnaies numériques. Ils entendent bien raffermir leur souveraineté – titubante à la suite de l’avènement des cryptomonnaies – en créant leurs propres monnaies numériques.Menace pour les banques centralesC’est d’ailleurs dans ce sens qu’en 2020, la Chine a décidé d’expérimenter sa monnaie numérique dans quatre grandes provinces. Elle a comme premier objectif de tester, en grandeur nature, un yuan numérique lors des Jeux olympiques d’hiver l’année prochaine. Mais l’enjeu est tout autre. Il est plus stratégique. La Chine souhaite réaliser un rêve qui la taraude depuis longtemps, à savoir imposer sa devise comme...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Plus de 90% des journalistes de "20 Minutes" en grève, opposés aux suppressions de postes

Les augmentations automatiques du prix des forfaits téléphoniques sont-elles légales ?

#SaccageParis : comment les villes évaluent-elles leur propreté ?

Plainte de RSF contre Facebook : "La plateforme doit dire ce qu’elle fait et faire ce qu’elle dit"

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"