Pourquoi le durcissement des conditions d’accès à Pôle emploi n’explique pas la baisse du chômage annoncée par l’Insee

franceinfo

L’Insee a annoncé, jeudi 13 février, que le taux de chômage a baissé au 4e trimestre de l'année dernière pour s'établir à 8,1% de la population active (département d'outre-mer inclus, hors Mayotte), soit 85 000 chômeurs en moins sur cette période. Un taux à son plus bas niveau depuis fin 2008 mais qui reste au dessus de la moyenne des pays occidentaux. Selon l’institut, il y a 2,4 millions de chômeurs aujourd’hui en France au sens du Bureau international du Travail.

Certaines critiques, notamment sur les réseaux sociaux, assurent que les radiations ou encore les conditions d’indemnisation plus strictes à Pôle emploi sont les raisons de cette baisse. Le Vrai du faux vous explique pourquoi c’est faux.


Parce que l’Insee et Pôle emploi mesurent des indicateurs différents

D’abord, l’Insee et Pôle emploi ne mesurent pas les mêmes choses : l’Insee établit un taux de chômage là où Pôle emploi compte les demandeurs d’emploi, c’est-à-dire toutes les personnes inscrites sur ses listes (qu’elles touchent ou non des indemnités). Pour établir ses données, Pôle emploi se base donc sur des inscriptions administratives. Pour l’Insee c’est différent. Pour établir ce taux de chômage, l’institut mène une enquête trimestrielle (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi