"Pourquoi aucun candidat de gauche ne peut battre Le Pen en 2022 : l'interrogation interdite ?"

·1 min de lecture

Selon un sondage de l'Ifop publié par "Marianne" ce 17 mars, en 2022, Marine Le Pen l’emporterait face à Anne Hidalgo mais serait battue par Emmanuel Macron et Xavier Bertrand. Après avoir proposé un texte au Monde questionnant les raisons de cette déroute d'une candidature de gauche, refusé par le quotidien vespéral, Jean-François Kahn vient nourrir le débat sur notre site.

Donc, le sondage de Marianne l’indique, Marine Le Pen battrait, en cas de face à face présidentiel, Anne Hidalgo, la meilleure candidate socialiste.Et elle n’est battue par Emmanuel Macron que de justesse. Elle écraserait évidemment Jean-Luc Mélenchon ou un écolo pur et dur.Logiquement, des questions se posent : pourquoi ?Pourquoi et comment en est-on arrivé là ?Pourquoi aucune candidature de gauche n’est-elle en mesure de faire pièce à celles des extrêmes droites et des néofascistes ?Pourquoi l’addition des suffrages centre-gauche, gauche et écologistes culmine-t-elle, au mieux, à 27%, chiffre le plus bas de toute l’histoire de la République ?Y répondre implique de s’auto-interpeller, de regarder le réel en face, c’est-à-dire, pour la gauche, en particulier pour la gauche médiatique, d’interroger ses erreurs, ses dénis et ses aveuglements."Cela ne mérite pas qu’on s’interroge ?"Si Marine Le Pen était opposée à Anne Hidalgo, 23% des électeurs de Mélenchon préféreraient Marine Le Pen et 28% s’abstiendraient. Cela ne mérite pas qu’on s’interroge ?J’ai donc, dans une tribune adressée au journal Le...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République