Pourquoi accélère-t-on en "deux temps trois mouvements" ?

·1 min de lecture

En deux temps trois mouvements, et hop c’est terminé ! Quand il faut se dépêcher, on fait régulièrement ce qui nous reste à faire en deux temps trois mouvements. Pas plus, pas moins. Mais d’où vient cette expression ? Stéphane Bern remonte le temps vendredi dans sa chronique Le mot de la fin dans l'émission Historiquement Vôtre sur Europe 1 pour vous expliquer ses origines.

"Cette expression est née avec ces générations bénies qui ont eu la chance de servir sous le drapeau. Elles savent marcher au pas, aimer la patrie et porter convenablement un béret. Mais surtout : elles savent présenter un fusil lors d’une revue. Il faut d’abord garder le fusil à ses pieds, puis le ramener au niveau de la ceinture avant de l’élever à l’épaule tout ça en deux temps donc. Les "trois mouvements" sont arrivés sous forme de blague, probablement au cours du 19ème siècle, pour accentuer la rapidité du geste.

Une expression militaire... et musicale !

Mais la formule pourrait aussi tirer son origine du solfège. Dans la musique militaire, la mesure à deux temps est largement utilisée. Les temps forts et faibles se succèdent, et trois mouvements constituent un ensemble régulier, propice au défilé. "La justice militaire est à la justice, ce que la musique militaire est à la musique", disait d’ailleurs Georges Clémenceau.

>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern tous les jours de 16h à 18h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Et comment dit-on "en deux temps...


Lire la suite sur Europe1