Pourquoi une étude qui infirme le protocole Raoult a mis autant de temps à être publiée ?

·2 min de lecture

Depuis le début de cette pandémie, l'Institut Hospitalo-Universitaire (IHU) de Marseille soutient que son protocole thérapeutique est efficace au tout début de l'infection. Même si le rationnel préclinique ne soutenait pas cette hypothèse, de nombreuses études ont été menées sur le sujet. Cependant, toutes ne se valent pas. Depuis la publication de l'étude initiale de l'IHU en mars 2020, cette dernière a soulevé les critiques de la communauté scientifique médicale mondiale : méthodologistes, pharmacologues, cliniciens, virologues, etc.

Pourtant, depuis cette publication, l'équipe de l'IHU s'enlise dans une communication toujours plus bancale et toujours plus trompeuse sur sa chaîne YouTube, sur son compte Twitter, sur son site Internet ou encore dans des revues prédatrices. En effet, elle part du principe que son étude initiale prouve l'efficacité de sa bithérapie. Une affirmation infirmée par de nombreuses études depuis.

L'étude qu'aurait dû mener l'IHU marseillais

Un essai clinique vient d'être publié dans le journal au sein duquel l'équipe de l'IHU avait publié sa première étude qui a fait tant parlé d'elle et pas pour de bonnes raisons. Il a été réalisé par une équipe brésilienne à l'hôpital de São Paulo. Conformément aux standards méthodologiques en vigueur pour déterminer l'efficacité d'un traitement (à ne pas confondre avec l'efficience), il est randomisé, en double aveugle et contre placebo. Son objectif : tester l'efficacité de la bithérapie sur un paramètre biologique, le même que dans la première étude de l'IHU : la clairance virale. L'étude en question est beaucoup moins obscure que sa consœur marseillaise : protocole précisé, détails sur le calcul du nombre de patients à inclure, rationnel concernant les doses de médicaments utilisés, etc.

La bithérapie est inefficace chez des patients non hospitalisés avec peu de symptômes au début de l'infection dans cet essai clinique. © mbruxelle, Adobe Stock
La bithérapie est inefficace chez des patients non hospitalisés avec peu de symptômes au début de l'infection dans cet essai clinique. © mbruxelle, Adobe Stock

Les résultats de cette équipe sont cohérents avec nos...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles