Pourquoi les électeurs blancs ruraux du Wisconsin vont peser sur la présidentielle

– D’Alma (Wisconsin)

La dernière fois que Larry Jost a envisagé de soutenir un républicain, c’était à l’école primaire. “Je portais un badge ‘I like Ike’ [‘J’aime Ike’, surnom de Dwight Eisenhower, président républicain de 1953 à 1961], mais c’était surtout pour la rime”, se souvient cet homme dont la famille vit dans le Wisconsin depuis six générations. La petite ville d’Alma, où il réside, compte deux rues principales et s’étend le long du Mississippi, entre un barrage et des falaises calcaires.

Tous les mercredis matin, dans la galerie d’art que tient sa femme, Larry se rend à la réunion de son club de lecture, où il retrouve notamment un ancien magistrat local, un charpentier et un agriculteur. À la dernière réunion du club, ils ont discuté d’une anthologie de nouvelles rassemblées par [le poète africain-américain] Langston Hughes. “Nous sommes les derniers démocrates du comté de Buffalo – pourquoi croyez-vous que l’on se retrouve discrètement ici, en gilet pare-balles ?” a plaisanté l’un d’eux.

Une espèce menacée

C’est qu’ils appartiennent à une espèce devenue subitement menacée. De 1988 à 2012, le comté de Buffalo a voté démocrate à chaque présidentielle. Puis, en 2016, Donald Trump a remporté le comté avec 22 points d’avance, et arraché brutalement le Wisconsin aux démocrates dans sa victoire en nombre de grands électeurs sur sa rivale, Hillary Clinton. En 2020, Trump a de nouveau remporté haut la main le comté de Buffalo, et, s’il a perdu le Wisconsin au profit de Joe Biden, c’est de seulement 20 000 voix sur les quelque 3 millions exprimées.

L’attrait durable qu’exerce Trump sur l’électorat blanc rural a été un facteur clé de son ascension, et de sa résurrection. Les zones rurales n’ont cessé de se détourner des démocrates.

 .
.

Dans le Wisconsin, l’électorat blanc des campagnes est en moyenne plus à gauche qu’ailleurs aux États-Unis. À en croire des sondages locaux, Joe Biden aurait une courte avance dans l’État, et sa réélection dépendra peut-être de sa capacité à rallier encore davantage cette frange de l’électorat.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :