Des pourparlers de paix discrets commencent entre gouvernement éthiopien et rebelles tigréens

En Éthiopie, les discussions reprennent discrètement entre le gouvernement d’Abiy Ahmed et les rebelles tigréens du TPLF. Après une trêve de cinq mois, les combats ont repris fin août. Mais alors que les deux camps ne font aucun progrès sur le terrain, ils se rencontrent à Djibouti à l’initiative des États-Unis.

Avec notre correspondant à Addis-Abeba, Noé Hochet-Bodin

C’est la première rencontre depuis deux semaines et la reprise d’intenses combats dans le nord de l’Éthiopie. Une délégation du gouvernement éthiopien et des représentants tigréens du TPLF se sont retrouvés jeudi pour des pourparlers confidentiels à Djibouti. Ces discussions sont organisées par l’émissaire américain pour la Corne de l’Afrique, Mike Hammer, en déplacement en Éthiopie depuis la semaine dernière.

Les deux camps connaissent bien les prémices, ils s’y étaient déjà retrouvés secrètement pendant la trêve Humanitaire pour s’entendre sur les modalités d’un processus de paix. À l’époque, il y a seulement deux mois de ça, des négociations paraissaient toutes proches, assurent différentes sources diplomatiques, avant finalement que la guerre ne reprenne fin août.

Plusieurs jours de discussions

Les points de discussions restent d’ailleurs les mêmes : principalement la signature d’un cessez-le-feu et la fin du blocus du Tigré. Deux sujets plus épineux seront aussi à surmonter. L’intervention de l’armée érythréenne dans la guerre aux cotes d’Addis-Abeba, et le devenir du Wolkait, une bande de terre disputée à l’ouest du Tigré.


Lire la suite sur RFI