La République en marche "a montré ses limites", cinq ans après

Anthony Berthelier
·Journaliste au HuffPost
·1 min de lecture
François Patriat: "Il faut faire de LREM un parti présidentiel qui dépasse le cadre d'En Marche" (photo d'illustration prise en novembre 2017)  (Photo: JEAN-PHILIPPE KSIAZEK via AFP via Getty Images)
François Patriat: "Il faut faire de LREM un parti présidentiel qui dépasse le cadre d'En Marche" (photo d'illustration prise en novembre 2017) (Photo: JEAN-PHILIPPE KSIAZEK via AFP via Getty Images)

POLITIQUE - La République en marche, ce “truc”, ce “mouvement de jeunesse”, tel que l’avait qualifié Emmanuel Macron lors de sa création en 2016 pour en minimiser la portée auprès de François Hollande, fête aujourd’hui ses cinq années d’existence.

Mais que reste-t-il des espoirs formulés en ce 6 avril 2016 à Amiens? La machine du président de la République est certes devenue le premier parti politique de France par sa fortune (23 millions d’euros), voire par son nombre d’adhérents (420.000 revendiqués, mais sans cotisation)... mais a échoué à incarner le vaste mouvement transversal qu’elle ambitionnait d’être. Pire, nombre de ses élus n’ont cessé d’étaler publiquement leurs divergences, quand ils ne décidaient pas de claquer la porte -avec plus ou moins de fracas.

En guise de bougies, certains promettent même au parti présidentiel une prochaine disparition, alors que la grande élection du printemps 2022 se profile. Le patron du groupe LREM au Sénat François Patriat, lui, prône plutôt une évolution, car, il l’admet: “le mouvement a montré ses limites.” Interrogé par Le HuffPost sur cet anniversaire, l’ancien ministre socialiste qui fut l’un des rares élus présents à Amiens il y a 5 ans et l’un des tout premiers à rejoindre Emmanuel Macron évoque ce quinquennat avec franchise.

Quel souvenir gardez-vous du lancement d’En Marche, le 6 avril 2016 à Amiens?
J’étais dans la salle il y a cinq ans, avec le sentiment de vivre quelque chose d’historique. Emmanuel Macron avait hésité sur le lieu, sur la présence de responsables politiques...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.