Pour le physicien Stephen Hawking, les trous noirs sont des portes vers d’autres univers

Pour le physicien Stephen Hawking, les trous noirs sont des portes vers d’autres univers

Physicien, théoricien, conférencier, auteur, cosmologiste… Les aptitudes de Stephen Hawking semblent aussi nombreuses que les étoiles qui le fascinent depuis toujours. Dernièrement, le Britannique a donné son appui à un vaste programme de recherche pour tenter de percer la plus grande des questions : sommes-nous seuls dans l’univers ?

Mais cette fois, Hawking s’est exprimé sur un sujet qu’il connaît sur le bout des doigts : les trous noirs. Lors d’une conférence à Stockholm lundi 24 août, l’auteur du célèbre ouvrage « Une brève histoire du temps » affirmait que, selon lui, les trous noirs seraient en fait des passages vers différents univers.

« Il y a une sortie »

Pour le scientifique, qui prend alors à contrepied une croyance générale, un corps pénétrant dans l’un de ces vortex spatiaux aurait des chances d’en réchapper vivant… mais il se retrouverait simplement dans un univers différent du nôtre. A son audience, Stephen Hawking déclare : « Si vous tombez dans un trou noir, n’abandonnez pas. Il y a une sortie ».

Une théorie fascinante s’il en est, surtout lorsque l’on sait que l’homme sait de quoi il parle quand il aborde le sujet. C’est à lui que nous devons la découverte des radiations de Hawking (forcément), émises par les fameux trous noirs.

L'explication d'un vieux paradoxe ?

Si son hypothèse se révèle exacte – bien que ce ne soit pas demain la veille qu’il sera possible d’aller jeter un œil par nous-mêmes dans un trou noir, façon Matthew McConaughey dans Interstellar – l’un des grands paradoxes de la physique trouverait enfin une réponse. En effet, que deviennent les objets qui sombrent dans ces gouffres de l’espace si l’on considère que les informations sur ce même objet, comme sa masse, sa forme et sa couleur, doivent bien être conservées ?

Hawking, lui, émet la possibilité que ces informations soient bien conservées, mais à l’horizon du trou noir : elles ne sont pas englouties par le phénomène, qui n’est qu’un passage vers un autre univers.

« Même si je suis passionné par les voyages dans l’espace, je n’essayerais pas ça », plaisante tout de même le physicien. Et vous ?

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages