Pour la CIA, la Russie a contribué à la victoire de Trump à la présidentielle

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

 

Reuters
Reuters

Dans un rapport confidentiel révélé vendredi par le Washington Post, la CIA estime que la Russie a interféré dans la présidentielle américaine pour aider Donald Trump à gagner. Le même jour, Barack Obama a ordonné un rapport sur les piratages informatiques menés pendant la campagne.

La Russie aurait bien pesé sur la présidentielle américaine du 8 novembre. Ce sont du moins les éléments d’un rapport confidentiel dont le Washington Post a publié les conclusions vendredi. 

Ces révélations interviennent alors Barack Obama a ordonné le même jour un “examen complet sur ce qui s’est passé lors du processus électoral 2016”, a expliqué sa conseillère à la sécurité intérieure, Lisa Monaco.  Un mois après que le candidat républicain ait remporté la Maison Blanche, des interrogations persistantes demeurent sur la nature d’une supposée ingérence russe.

Piratage d’emails démocrates

Selon le Washington Post, une évaluation secrète de la CIA fait état d’e-mails piratés sur les comptes, notamment, de John Podesta, l’ancien directeur de campagne d’Hillary Clinton. Des personnes proches de Moscou en seraient à l’origine et auraient fourni ces emails volés à Wikileaks.

Pour autant, il n’y aucune preuve formelle que le Kremlin ait “ordonné”  à des intermédiaires de transmettre les emails piratés à l’organisation de Julian Assange, note un interlocuteur du quotidien. Pourtant, d’après des responsables de la CIA, il serait “assez clair” que le but de Moscou était d’aider Donald Trump à gagner.  Et à en croire l’évaluation de l’agence de renseignement américaine, Moscou aurait eu recours à des “intermédiaires” pour éviter d’être directement mêlé à ces pratiques.

Réaction du camp Trump

A Washington, l’administration de Barack Obama se défend de vouloir déstabiliser le président élu. “Il faut être clair : il ne s’agit pas d’une tentative visant à remettre en cause le résultat de l’élection”, a précisé Eric Schultz, porte-parole de l’exécutif américain.

L’équipe de Donald Trump a de son côté immédiatement rejeté les conclusions de la CIA. Les analystes de la CIA “sont les mêmes que ceux qui disaient que Saddam Hussein disposait d’armes de destruction massive” ironise l’entourage du milliardaire. Et de poursuivre: “L’élection a pris fin il y a déjà un bout de temps et elle s’est soldée par l’une des plus larges victoires de l’histoire au niveau du collège électoral. Il est temps de passer à autre chose et de ‘Rendre sa grandeur à l’Amérique'”.

Début octobre, le département de la Sécurité intérieure (DHS) et la direction du renseignement (DNI) avaient déjà conclu que la Russie avait piraté les comptes de personnalités et d’organisations politiques dans le but “d’interférer dans le processus électoral américain”.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles