Pour Jean-Michel Blanquer, l'"islamo-gauchisme" est "un fait social indubitable"

Youen Tanguy
·1 min de lecture
Jean-Michel Blanquer, ici photographié le 19 janvier à l'Assemblée nationale, à Paris. (Photo: STEPHANE DE SAKUTIN via Getty Images)
Jean-Michel Blanquer, ici photographié le 19 janvier à l'Assemblée nationale, à Paris. (Photo: STEPHANE DE SAKUTIN via Getty Images)

POLITIQUE - La polémique autour de terme “islamo-gauchisme” n’en finit plus d’enfler. La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, s’est attiré les foudres du monde politique et universitaire cette semaine après ses sorties sur l’“islamo-gauchisme. Le 16 février, elle avait annoncé avoir demandé au CNRS “un bilan de l’ensemble des recherches” qui se déroulent en France, afin de distinguer ce qui relève de la recherche académique et ce qui relève du militantisme.

Ce samedi 20 février, plus de 600 membres du personnel de l’enseignement supérieur et de la recherche, dont l’économiste Thomas Piketty et la sociologue Dominique Méda ont dénoncé dans une tribune au Monde, la “chasse aux sorcières” menée selon eux par la ministre.

Critiquée jusque dans la majorité, la ministre a obtenu le soutien de son collègue ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, interrogé ce samedi 20 février par nos confrères de BFMTV. Pour lui, il serait “absurde de ne pas vouloir étudier un fait social”. “Si c’est une illusion, il faut étudier l’illusion et regarder si c’en est une. Pour ma part, je le vois comme un fait social indubitable (dont on ne peut douter, ndlr)”.

Pointés du doigt, Mélenchon et LFI répliquent

Pour le ministre, ”ça se voit dans les déclarations de certains politiques”. “Quand vous avez Mr Mélenchon qui participe à une manifestation du CCIF où il y avait clairement des islamistes radicaux. Mr Mélenchon tombe dans l’islamo-gauchisme, sans aucun doute”, abonde-t-il.

Et d’ajouter: &l...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.