Souche du coronavirus en Angleterre: fermer les frontières ne suffira pas à préserver la France

Grégory Rozières
·Chef de rubrique Science et Environnement
·1 min de lecture
De nombreux pays, dont la France, ont fermé leur frontière avec le Royaume-Uni face au risque qu'une souche du coronavirus qui a émergé en Angleterre soit plus contagieuse. (Photo: Yves Herman / Reuters)
De nombreux pays, dont la France, ont fermé leur frontière avec le Royaume-Uni face au risque qu'une souche du coronavirus qui a émergé en Angleterre soit plus contagieuse. (Photo: Yves Herman / Reuters)

SCIENCE - Et s’il était déjà trop tard? Le Royaume-Uni s’est reconfiné suite à l’annonce de l’émergence d’une nouvelle souche du coronavirus en Angleterre, possiblement plus contagieuse. Dans la foulée, de nombreux pays ont fermé préventivement leur frontière avec le pays, dont la France.

Même si l’on ne sait pas si les multiples mutations de “VUI-202012/01” augmentent réellement la transmission, on peut se dire que mieux vaut prévenir que guérir. Pour autant, il est “tout à fait possible que le virus circule en France”, a précisé ce lundi 21 décembre Olivier Véran.

Il y a effectivement plusieurs raisons de le craindre, mais cela ne veut pas dire que l’arrêt des liaisons avec le Royaume-Uni est totalement inutile. Par contre, il est nécessaire de ne pas s’arrêter là.

Effet d’optique

La lignée provenant d’Angleterre a en effet déjà été séquencée une fois au moins en Australie et plusieurs fois au Danemark. Un cas a également été détecté en Italie et en Belgique.

Mais notre vision est ici très, très partielle. Pour suivre à la trace les variants génétiques du coronavirus, il est nécessaire de séquencer le génome du Sars-Cov2. Dans un monde idéal, chaque test PCR positif serait analysé. C’est loin d’être le cas. Ce qui veut donc dire que la souche VUI-202012/01 est peut-être présente dans de nombreux pays, dont la France.

Surtout que le Royaume-Uni est le pays qui fait le plus de séquençage de génome du virus au monde, de très, très loin. 38% de la totalité des séquences provi...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.