Pour Daniel Cohn-Bendit, la primaire EELV "n'a aucun sens"

·Journaliste politique
·1 min de lecture
Daniel Cohn-Bendit photographié au festival de Cannes de 2018 (illustration) (Photo: ANNE-CHRISTINE POUJOULAT via AFP)
Daniel Cohn-Bendit photographié au festival de Cannes de 2018 (illustration) (Photo: ANNE-CHRISTINE POUJOULAT via AFP)

POLITIQUE - L’architecte de la percée écolo aux européennes de 2009 n’est pas tendre avec son ancien parti. Dans une interview accordée à L’Express ce samedi 22 mai, Daniel Cohn-Bendit ne mâche pas ses mots à l’égard de la stratégie adoptée par EELV pour l’élection présidentielle de 2022. Parmi les griefs de l’ancien eurodéputé, le mode de désignation du candidat.

“Il est assez incroyable qu’ils n’aient pas encore accepté, à l’heure qu’il est, que Yannick Jadot soit leur candidat pour la prochaine élection présidentielle. Au lieu de ça, ils organisent des primaires qui n’ont aucun sens”, déplore Daniel Cohn-Bendit, qui estime que les Verts sont “tombés dans le piège du climat politique” français, “en se définissant comme un parti de gauche”.

“Je ne vois pas l’utilité de cette primaire si ce n’est qu’elle leur permet de reprocher à Yannick Jadot de ne pas être assez à gauche”, poursuit l’ancien d’EELV, ciblant les candidatures d’Éric Piolle et Sandrine Rousseau, incapables selon lui de dépasser “1,5 % voire 0,5 %” d’intentions de vote.

EELV ou l’art de se “suicider collectivement”

Pour étayer son propos, Daniel Cohn-Bendit souligne la tendance qu’a le parti écolo à systématiquement écarter ses candidats les plus en vue médiatiquement. “La démocratie interne des Verts n’a aucun sens! Elle a donné le fait que les Verts ont choisi Eva Joly plutôt que Nicolas Hulot. Ils ont choisi 1% contre 10% ! On peut vraiment se demander quel est le sens de ce systèm...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.