Potagers, fermes, vignes… Paris se met à l’heure de l’agriculture urbaine

Quand la campagne entre en ville. Depuis quelques années, l'agriculture urbaine se développe à Paris ainsi que dans les communes voisines et les "urbainculteurs" sont de plus en plus nombreux à croire au besoin de remettre les cultures en pleine ville. La capitale compte actuellement une trentaine d'hectares dédiés à l'agriculture urbaine

A quelques jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture, le Figaroscope publie ce mercredi un dossier consacré à ce phénomène, en partenariat avec BFM Paris. 

A la conquête des toits

Parmi les lieux de reconquête de l'agriculture urbaine: les toits de Paris. A l'Opéra Bastille, 2.500 m2 de toit ont ainsi été investis par un potager où poussent tomates, courgettes ou aromates. Le lieu abrite également une micro-brasserie, alimentée par du houblon qui pousse sur plusieurs façades du bâtiment. 

Au printemps, c'est également sur un toit que verra le jour la plus grande ferme perchée de la capitale, sur le toit du hall 6 du parc des expositions porte de Versailles. Une vingtaine de maraîchers y produiront notamment 1000 fruits et légumes par jour, issus d'une trentaine d'espèces. 

A Saint-Denis ou encore dans le bois de Vincennes, chèvres, moutons ont aussi pris leurs quartiers. La ville de Paris a pris le parti de développer des fermes pédagogiques, la dernière en date a vu le jour dans le parc Suzanne Lenglen dans le 15e. 

Quant aux vignes, outre Montmartre, de petites productions ont vu le jour dans...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi