La Poste dément la fin des tournées quotidiennes du facteur

Inscrite dans la loi, la tournée quotidienne des facteurs 6 jours sur 7 ne pourra pas disparaître d’un simple claquement de doigts, mais de futures expérimentations pourraient faire évoluer la manière dont les tournées sont organisées en France.
FRED TANNEAU / AFP Inscrite dans la loi, la tournée quotidienne des facteurs 6 jours sur 7 ne pourra pas disparaître d’un simple claquement de doigts, mais de futures expérimentations pourraient faire évoluer la manière dont les tournées sont organisées en France.

FRANCE - « Le facteur est-il passé ? ». Cette rengaine du quotidien des Français est-elle vouée à disparaître, au même titre que le timbre rouge ? C’est en tout cas ce qu’avance franceinfo dans un reportage diffusé ce vendredi 6 janvier, où le média annonce que La Poste va lancer en mars des expérimentations pour, à terme, supprimer les tournées quotidiennes.

Toutefois, auprès du HuffPost, La Poste « dément formellement la suppression des tournées quotidiennes du facteur », rappelant que « la distribution 6 jours sur 7 est inscrite dans la Loi ».

« Le facteur continuera à passer quotidiennement, 6 jours sur 7, au domicile des Français pour leur distribuer les lettres, les colis, les journaux et magazines », précise l’opérateur de services postaux de l’Hexagone. Une réponse immédiate pour rassurer les nombreux Français inquiets de ne plus voir le vélo, le scooter ou la voiture jaune s’arrêter devant chez eux chaque jour.

Pour autant, les expérimentations évoquées par franceinfo auront bien lieu à partir de 2023, ce que confirme également La Poste au HuffPost. Ces 68 expérimentations qui devraient être lancées en mars concerneront plusieurs territoires, cités par franceinfo : Canet-en-Roussillon dans les Pyrénées-Orientales, Orthez, près de Pau (Pyrénées-Atlantiques), Armentières, Carvin, Saint-Omer et Amiens dans les Hauts-de-France, ou le secteur de la Sauve-Créon, près de Bordeaux.

La Poste indique à ce titre que « les expérimentations mentionnées par franceinfo concernent des organisations internes locales qui consistent à adapter la tournée du facteur en fonction de la nature et de l’urgence des différents services à distribuer ». De quoi mettre un terme à la tournée prédéfinie et identique chaque jour, comme c’est encore le cas aujourd’hui.

« Pas question de réduire le nombre de tournées et de facteurs »

Avec la baisse drastique du volume de lettres prioritaires ces dernières années (divisé par 14 entre 2008 et 2022), la tournée des facteurs évolue. De quoi pousser La Poste à privilégier les courriers urgents (colis, lettres recommandées, ou journaux et magazines par exemple).

« L’organisation de la tournée des facteurs date d’une période où le courrier en J+1
représentait la majorité des envois, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui
 », avance encore La Poste pour justifier cette volonté d’expérimentation, affirmant au passage que ce type de courrier ne représente plus qu’1,5 % de la sacoche du facteur.

Ces expérimentations ont pour effet des renforcer l’inquiétude des organisations syndicales face au lent déclin du métier de facteur. La Poste assure pourtant que cela se fera « sans conséquence pour les clients ni pour l’emploi des facteurs », puisque « chaque facteur aura toujours sa tournée attribuée ».

L’entreprise n’en démord pas et assure aussi qu’il « n’est pas question de réduire le nombre de tournées et le nombre de facteurs ». À chaque endroit où des adaptations seront nécessaires pour mettre en place ces expérimentations, elles se feront « en concertation avec les postiers et les organisations syndicales », promet La Poste, dont l’image a déjà été mise à mal ces dernières semaines avec la disparition définitive du timbre rouge « lettre prioritaire », remplacé par une e-lettre depuis le 1er janvier 2023.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi