Positive au coronavirus, une Américaine doit payer 35.000 dollars

Maxime Bourdeau
Chief of Breast Surgery and the Breast Program Dr. Susan Boolbol provides insight into doctors and nurses impacted by coronavirus.

ÉTATS-UNIS - Tomber malade en France n’a rien de drôle, mais tomber malade aux États-Unis peut virer au double cauchemar: affronter le mal qui vous touche et crouler sous les dettes médicales.

Alors que le coronavirus se repend de plus en plus outre-Atlantique, les lacunes aberrantes du système de santé local mettent en exergue des situations dramatiques, comme l’ont raconté plusieurs médias ce vendredi 20 mars à travers le cas de Danni Askini.

Cette Américaine a souffert du Covid-19 et s’en est heureusement sortie. Non couverte par une mutuelle santé, comme 27,5 millions d’Américains, elle a par contre reçu une facture de 34.927,43 dollars (environ 33.000 euros) pour le traitement et les tests qu’elle a subis.

Passages aux urgences

Tout a commencé par une migraine, des douleurs à la poitrine et le souffle court un samedi à la fin du mois février. Danni Askini, suivie pour un lymphome, a d’abord appelé son oncologue qui a immédiatement pensé à un effet secondaire de son nouveau traitement et l’a envoyée aux urgences.

Elle se rend à un hôpital de la région de Boston, et est renvoyée chez elle après une consultation: probablement une pneumonie. Mais les jours suivants, la situation s’aggrave. Sa température fait dangereusement le yoyo, elle se met à tousser et entend des crépitements... Retour aux urgences, deux fois.

Sept jours après le début des symptômes, Danni Askini est enfin soumise à un test de coronavirus. Soulagée par les médecins, elle est renvoyée chez elle pour attendre le verdict. Trois jours plus tard, le 6 mars, elle reçoit les résultats du laboratoire: elle souffre du Covid-19. Cinq jours passent et elle reçoit un autre courrier: une facture de 34.927,43 dollars.

Des tests en pagaille

“J’étais sous le choc. Je ne connais personne qui a une somme d’argent pareille sous la main”, explique à Time Magazine l’Américaine pour qui la maladie est arrivée pile au mauvais moment. Elle venait en effet de quitter son travail et n’avait donc plus de mutuelle, et elle...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Ce contenu peut également vous intéresser :