Le Portugal est prêt à accueillir des touristes cet été

La rédaction du Figaro Voyage, avec AFP
La tour de Belém, à Lisbonne. Moins affecté que d'autres pays d'Europe, le Portugal veut sauver sa saison d'été. / Alexander Sorokopud

Le pays prévoit des mesures allégées dans les aéroports. Les vols en provenance d'autres pays européens ne reprendront pas avant le 15 juin.

Après la Grèce et l'Italie, le Portugal se dit à son tour prêt à accueillir des visiteurs étrangers pour la saison estivale. “Les touristes sont les bienvenus”, annonce ce vendredi le ministre des Affaires étrangères, Augusto Santos Silvadit, dans les colonnes de l'Observador. La température des voyageurs sera relevée à leur arrivée par avion mais aucune mesure de quarantaine ne sera imposée aux arrivants, précise-t-il.

Le Portugal, où l'on impute la mort de 1.289 personnes au Covid-19, allège peu à peu les mesures de confinement depuis le 4 mai.

Moins affecté que d'autres pays du sud de l'Europe, Espagne et Italie notamment, le pays a déjà autorisé la réouverture sous conditions de commerces et de restaurants afin d'attirer les touristes étrangers dont il a besoin pour relancer son économie.

“Le système de santé du Portugal réagit bien et c'est très important pour nous d'être capables d'accueillir du monde”, a souligné le ministre.

Ces déclarations interviennent au lendemain des annonces de la compagnie Easyjet qui a annoncé qu'elle reprendrait le mois prochain la desserte de plusieurs villes du pays.

Les vols en provenance et en direction de l'Union européenne restent suspendus jusqu'au 15 juin, à l'exception de la liaison entre le pays et les autres destinations lusophones, le Brésil notamment.

La frontière terrestre entre l'Espagne et le Portugal restera quant à elle fermée au moins jusqu'à la même date.

Retrouvez cet article sur Figaro.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :


Le Portugal rouvre ses premiers commerces après un mois et demi
Le Portugal dévoile un plan de déconfinement par étapes
Dix raisons de découvrir le Portugal (quand ce sera possible)
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro