Portugal: des milliers de Britanniques privés de droits suite au Brexit

Les Britanniques sont environ 60 000 au Portugal où ils constituent l’une des principales communautés étrangères. Bien que protégés par un accord spécifique post-Brexit entre le Royaume-Uni et le Portugal, les Britanniques rencontrent de nombreuses difficultés pour se soigner ou voyager. Fait rare, ils manifestent.

Avec notre correspondante à Lisbonne, Marie-Line Darcy

Un ressortissant britannique qui ne peut pas conduire sa voiture parce qu’il ne dispose pas du document qui l’y autorise, une Anglaise qui n’a pas pu se faire soigner à l’hôpital, une autre qui elle n’a pas pu se faire vacciner contre le Covid-19, sauf à payer le prix fort…

Les Britanniques qui en ont fait la demande avant fin 2021 peuvent en principe bénéficier d’une attestation de résidence, à l’abri de l’accord signé entre le Portugal et le Royaume-Uni dans le cadre du Brexit. Mais le SEF, la police des étrangers chargée d’octroyer le document, est débordée après avoir été fermée des mois pour cause de Covid.

Le document biométrique exige un relevé minutieux des données et une convocation individuelle, comme pour les ressortissants des pays tiers. Le gouvernement a bien créé une plateforme où les Britanniques inscrits peuvent obtenir un document provisoire doté d’un QR code. Mais il n’est pas toujours reconnu, comme dans les aéroports par exemple. Le SEF, qui a reconnu les difficultés, s’apprête à entamer la convocation de 2 000 Britanniques près de Lisbonne, mais plus de 35 000 d'entre eux ont déjà fait leur demande.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles