PORTRAIT - Sur les traces du père Noël, une légende insaisissable

·1 min de lecture

Une guirlande qui clignote, une silhouette furtive derrière une vitre embuée, l’ombre de Tino Rossi, un bruit, un souffle de vent froid, un sapin qui frémit, le regard ébloui d’une petite fille un matin de Noël… Sage ou pas,  on y a tous cru un jour ou l’autre. Il est passé par ici ou par là. Impossible… Pas de trace de semelle, pas de trace de traineau, pas une seule crotte de rêne dans le jardin…  Et pourtant, la lettre, les cadeaux qu’on avait commandés... Le Père Noël, le plus grand mystère de la petite enfance. L’être imaginaire le plus influent du monde, celui qui, chaque année, tient en haleine des millions de tout petits et remplit à milliards les tiroirs caisses des marchands de décembre.

On a tellement dit tout et n’importe quoi sur le père Noël 

La tirelire est cassée. Quelqu’un a piqué un morceau de saumon fumé. Jamais chopé en flag'. La piste d’un vieux, un barbu, rougeaud et à moitié obèse, qui se balade déguisé en rouge et blanc, comme les pin-up américaines des années 60. C’est l’inverse pour le costume, me direz-vous. Pas grave… On a tellement dit tout et n’importe quoi sur le père Noël : qu’il n’existait pas, que c’était un personnage de roman, une création de Coca-Cola ou encore un agent du diable.

D’autres ont évoqué un inconnu qui cherchait à se faire de l’argent à la sortie des grands magasins, d’un salarié de l’Etat finlandais, payé à ne rien foutre dans un parc d’attraction du cercle polaire. Sans parler des rumeurs relayées par les journaux satiriques...


Lire la suite sur Europe1