"Vous portez le seul véritable projet écologique": Macron galvanise ses troupes pour les législatives et tacle la Nupes

876450610001_6305918302112

"Vous portez le seul véritable projet écologique. L'extrême gauche n'est unie que par une chose: la décroissance". La phrase risque de ne pas plaire aux écologistes, aux socialistes, communistes et insoumis qui comptent se battre au sein de la Nupes aux législatives de juin.

Prononcée par Emmanuel Macron ce mardi aux Docks d'Aubervilliers, elle a eu pour mission de minimiser le futur impact de la Nupes pour donner du courage aux 505 actuels investis de la majorité.

"Il n'y a pas de 3e tour de la présidentielle. Ça n'existe pas, ce débat a été purgé les 10 et 24 avril dernier", a ajouté le chef de l'État, visant directement les éléments de langage de l'Union de la gauche, qui espère voir Jean-Luc Mélenchon à Matignon en cas de victoire les 12 et 19 juin prochain. "Portez avec force le combat européen en montrant que certains trahissent leurs convictions au profit d'appareils politiques", a-t-il également déclaré en faisant référence aux socialistes qui ont signé un accord avec LFI.

"L'extrême gauche a choisi le communautarisme plutôt que l’universalisme" et ne "s'accorde pas sur le nucléaire", mais sur "la décroissance" quand "l'extrême droite" vise l'exclusion" et "renonce au renouvelable", a encore affirmé Macron.

Galvaniser les troupes

Lors de cette journée de formation, les candidats portés par "Ensemble!" - formation politique qui rassemble pour le scrutin de juin Agir, le MoDem, Horizons et En Marche - ont assisté à des ateliers dirigés par les candidats Attal, Castaner et d'autres poids lourds de la majorité. Le but: ne pas reproduire le procès en incompétence qui avait empoisonné la campagne de la majorité aux législatives de 2017. Étaient présents en plus Édouard Philippe et une flopée de ministres, également candidats, comme Olivier Véran, Jean-Michel Blanquer ou Clément Beaune.

À cette occasion, le président a tenu un discours entraînant et motivant. "Je suis très fier et très ému de vous retrouver. Je retrouve des visages amis de tout le territoire", a-t-il commencé, avant de lancer à ses troupes:

"Si nous avons gagné, c’est pour agir. Nos compatriotes nous demandent d’agir de manière forte. Et cela suppose une majorité à l’Assemblée nationale (...) Beaucoup d’étapes ont été franchies, nous n’avons cessé de toujours dépasser les clivages, réunir sur un projet, unir (...) Nous sommes tous ensemble avec nos différences, importantes, il ne faut pas les gommer (...) Allez chercher d’abord ceux qui ont constitué la base de notre électorat. Ceux qui dans vos territoires ont voté pour notre projet. Il faut aller chercher cet électorat, et le mobiliser (...) Plus une seconde à perdre. Pendant les 33 jours qui viennent, jour et nuit, vous n’avez qu’un devoir et une responsabilité: aller partout pour aller convaincre et mobiliser. Durant les 33 jours qu’il y a devant vous, vous devez vous battre."

"Je compte sur vous!", a conclu Emmanuel Macron après leur avoir intimé de ne pas "se laisser intimider par ceux qui voudraient rejouer aux législatives ce qui a été tranché aux présidentielles". Clarté sur le projet, humilité face aux fractures que connaît le pays et crédibilité sur la concorde républicaine ont été les grandes direction de ce discours présidentiel.

876450610001_6305866295112

En attendant, les troupes sont "en ordre de marche pour conquérir une majorité présidentielle", a assuré dans son discours d'accueil le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand. Il s'est félicité de cette "date formidable" du 10 mai. Quarante-et-un ans après l'élection de François Mitterrand, les soldats de Macron II forment "un arc républicain: sociaux démocrates, écologistes, centristes et droite libérale".

Dernière prise des macronistes, Constance Le Grip, qui siégeait jusqu'alors sur les bancs de LR, a tenu à expliquer au milieu des 400 autres candidats investis - dont une moitié pour qui c'est la première candidature aux législatives - qu'elle restait "fidèle" à ses "convictions d'une droite moderne, libérale, sociale et européenne". Leur campagne commencera officiellement le 30 mai.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles