JO de Tokyo: Clarisse Agbegnenou et Samir Aït Saïd porte-drapeaux français

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
La judoka Clarisse Agbegnenou et le gymnaste Samir Aït Saïd seront les porte-drapeaux de la France lors de la cérémonie d'ouverture des JO de Tokyo, le 23 juillet. (Photo: ATTILA KISBENEDEK via Getty Images)
La judoka Clarisse Agbegnenou et le gymnaste Samir Aït Saïd seront les porte-drapeaux de la France lors de la cérémonie d'ouverture des JO de Tokyo, le 23 juillet. (Photo: ATTILA KISBENEDEK via Getty Images)

SPORT - C’est une première dans l’histoire des Jeux olympiques. À Tokyo, le 23 juillet prochain, la France n’aura pas un, mais deux porte-drapeaux : il s’agira de la judoka Clarisse Agbegnenou et du gymnaste Samir Aït Saïd, comme l’a dévoilé le journal de 20 heures de France 2 ce lundi 5 juillet. Concernant les jeux paralympiques, il s’agira de Sandrine Martinet (judo) et de Stéphane Houdet (tennis fauteuil) qui représenteront la délégation française.

Lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Tokyo, le 23 juillet prochain, ce seront donc deux porte-drapeaux français qui succéderont à Teddy Riner, qui avait porté les couleurs tricolores à Rio en 2016. Une situation qui s’explique par la décision du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) de se convertir à la possibilité ouverte par le Comité international olympique (CIO) en mars 2020 de nommer un binôme.

En 2016, le judoka avait remporté un titre olympique (son deuxième), ce qui est une rareté pour un porte-drapeau tricolore. Car en 23 olympiades, seulement quatre sont montés sur la première marche du podium: Teddy Riner, David Douillet, Marie-José Pérec et Philippe Riboud.

Porte-drapeaux français aux JO
Infogram

Jusqu’en 1956 et le bronze conquis par l’haltérophile Jean Debuf, il semblait même y avoir une forme de malédiction, car aucun porte-drapeau n’avait obtenu de médaille. Depuis sa troisième place, 9 sur 15 sont repartis médaillés de leur olympiade, mais ils sont quelques-uns à avoir connu une désillusion: Laura Flessel, Tony Estanguet et Jackson Richardson, repartis bredouille en 2012, 2008 et 2004.

“Teddy (Riner) a rompu la malédiction, donc s’il y a un mom...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles