Anne Hidalgo a demandé le port du masque obligatoire dans certains lieux de Paris

·2 min de lecture

La maire de Paris Anne Hidalgo a demandé au préfet de police de Paris, Didier Lallement de rendre obligatoire le port du masque dans certains lieux stratégiques de la capitale et ce, afin de freiner la pandémie de coronavirus. 

Après Toulouse, Nice ou encore Lille, Paris s'apprête à rendre obligatoire le port du masque dans certains de ses lieux les plus fréquentés. C'est en tout cas ce qu'annonce «Le Monde» dans son édition du jour. La maire socialiste de Paris Anne Hidalgo va solliciter à cette fin de la préfet de police de la ville, Didier Lallement. Interrogé par le journal du soir, Anne Souyris, adjointe en charge de la santé, sans préciser quelles seront les concernées explique que cela est rendue nécessaire par les inquiétants signaux d'une reprise de l'épidémie dans la capitale. "Porter le masque est désagréable, surtout lorsqu’il fait chaud, mais c’est un geste vraiment nécessaire alors que l’épidémie repart. Nous allons donc demander à ce qu’il devienne obligatoire dans les lieux extérieurs où il y a beaucoup de monde et où respecter la distance d’un mètre entre chacun est difficile", argumente-t-elle. Des propos qu'elle a confirmé ensuite à l'AFP. "Berges de Seine, du canal, les marchés à ciel ouvert, éventuellement dans les alentours des gares", sont autant de lieux où le masque pourrait être rendu obligatoire. "Nous avons appelé le préfet Didier Lallement pour voir avec lui sur quelles zones on allait pouvoir se mettre d'accord", a précisé à l'AFP l'élue écologiste.

L'avertissement du Conseil scientifique

"Nous pouvons basculer à tout moment": dans l'insouciance de l'été et des vacances, la France n'est pas à l'abri d'une reprise incontrôlée de l'épidémie de Covid-19, avertit le Conseil scientifique qui guide le gouvernement, alors que les cas augmentent et que les restrictions se multiplient.

"Le virus circule de façon plus active, avec une perte accentuée des mesures de distanciation et des mesures barrières : l'équilibre est(...)


Lire la suite sur Paris Match