Port du masque : 5 conseils pour mieux supporter cette protection

Depuis le 11 mai dernier, qui marquait la levée du confinement, le port du masque est obligatoire dans les transports en commun, et recommandés dans les autres lieux publics. Une règle nécessaire, mais contraignante pour certaines personnes, qui ont du mal à supporter cette protection sur le long terme. Gêne respiratoire, douleurs aux oreilles cause par les élastiques, irritations cutanées… Autant de désagréments qu'il est possible d'éviter ! Le Dr Pierre Parneix, médecin hygiéniste au CHU de Bordeaux, livre ses conseils.

Port du masque : s'habituer sur de courtes périodes

Porter un masque n’est pas quelque chose de naturel pour les citoyens lambda. La première chose à faire est donc de s’habituer à cette protection, en l’utilisant sur de courtes périodes pour commencer. Il est ainsi possible de mettre son masque lorsque l’on rentre dans un espace confiné, puis de le retirer dans la rue, en veillant à respecter les distances de sécurité avec les autres passants. Pour mieux supporter cette protection, l’idée est donc de la porter sur des laps de temps brefs et de façon adaptée.

Masques de protection : que faire en cas de sensation d'étouffement ?

Si malgré ce temps d’adaptation, le port du masque reste difficilement supportable, certains gestes peuvent apporter plus de confort. Pour parer une éventuelle sensation d’étouffement, il est par exemple conseillé d’éviter les masques trop étanches et trop filtrants tels que les masques FFP2. Et pour cause : ils accentuent les difficultés à respirer et les symptômes qui peuvent y être associés comme la sensation de chaleur.

Les dispositifs les plus confortables et les plus adaptés au grand public sont les masques chirurgicaux ou les masques en tissu. Pour les porter sans ressentir de gêne, il est conseillé de travailler sur sa respiration, en inspirant et en expirant lentement, car cet inconfort peut être engendré par une hyperventilation. Trouver le bon rythme respiratoire permet de se sentir plus à l’aise.

Port du masque : comment

(...) Cliquez ici pour voir la suite