Le port de la cravate à l’Assemblée, “reflet des clivages” de la vie politique française

PHOTO CHRISTOPHE ARCHAMBAULT/AFP

Les dirigeants du G7. Les magnats et cadres supérieurs de Google ou Apple. Les directeurs de Fiat ou Chrysler. Outre le pouvoir, La Vanguardia souligne que ces politiciens et hommes d’affaires possèdent en commun un élément vestimentaire : une tenue décontractée.

Cependant, en France, “malgré l’évolution des mœurs, la tenue vestimentaire des nouveaux députés à l’Assemblée nationale suscite la controverse, en grande partie parce qu’elle reflète le fort clivage de la vie politique à la suite des législatives de juin.”

À gauche, ils sont sans cravate. François Ruffin “ose” même porter des chemises très décontractées, constate le journal espagnol. De l’autre côté de l’hémicycle, les 89 fidèles du Rassemblement national (RN) ont reçu comme consigne de Marine Le Pen d’avoir une “tenue impeccable”, à savoir costume cravate pour les hommes et tailleurs ou tenues sobres pour les femmes.

Le 21 juillet, le député LR Éric Ciotti a demandé le port obligatoire de la cravate pour les députés lors des séances à l’Assemblée.

Si la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, issue du parti présidentiel Renaissance, refuse d’“exercer une police vestimentaire”, elle a précisé que n’importe quel vêtement ne pouvait être porté, par respect pour l’institution. Ce à quoi la droite, par la voix d’Éric Ciotti, député des Républicains, a répondu en demandant l’obligation du port de la cravate, tandis que la gauche clame sa volonté d’être “à l’image du peuple”.

Le manque de soin de la tenue n’a fait qu’alimenter une crainte de certains députés que “s’installe une ambiance de stade de foot et non de lieu de pouvoir législatif”, remarque La Vanguardia.

De fait, “loin des règles de courtoisie traditionnellement en usage au Parlement”, manières grossières et insultes se multiplient dans l’hémicycle, et certains ne commencent même plus leurs discours par un respectueux “Madame la présidente”, souligne le quotidien espagnol. “Ce sont de petits détails mais qui ont toute leur importance”, car ils sont “révélateurs d’un esprit de contestation à l’égard du sens des institutions et de leur travail”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles