Port du burkini à la piscine : qu'en pensent les musulmanes de Grenoble ?

© SERGE TENANI / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Faut-il autoriser le port du burkini dans les piscines municipales ? À Grenoble, le débat enflamme le conseil municipal depuis une semaine, alors qu'un vote doit se tenir lundi sur la question. D'un côté, le maire écologiste Éric Piolle porte la mesure au nom de la liberté de choix pour les femmes. De l'autre, une opposition hostile , y compris dans les rangs de la majorité grenobloise, refuse le burkini comme symbole de la soumission de la femme. Mais, qu'en pensent les principales intéressées, les femmes musulmanes de Grenoble ? Europe 1 leur a posé la question.

>> Retrouvez Europe matin week-end - 6-8 en podcast et en replay ici 

D'abord, beaucoup de femmes sont loin des débats enflammés qui agitent la sphère politique. Pas question pour elles d'en faire un combat de civilisation, même si le sujet est tout de même important à leurs yeux. Par exemple, le burkini permettrait enfin à Olfa d'accompagner ses enfants à la piscine, ce qui n'est pas possible aujourd'hui.

"Beaucoup d'enfants ne peuvent pas aller à la piscine"

"Comme le burkini est interdit, il y a beaucoup d'enfants qui ne peuvent pas aller à piscine car leur maman ne peut pas aller avec eux", explique-t-elle au micro d'Europe 1. Olfa s'organise donc, comme elle peut : "Moi, aujourd'hui, je peux rester surveiller dans les vestiaires, mais je ne peux pas aller dans l'eau. Donc le burkini serait une bonne chose, un progrès."

Sabrina a 17 ans. Elle aussi portera le burkini à la piscine, s'il est autorisé, au n...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles