Porté par l'euphorie de ses partisans à son meeting de Bercy, Emmanuel Macron se voit déjà à l'Elysée

Romain Herreros
Emmanuel Macron lors de son meeting à Paris, lundi 17 avril 2017.

POLITIQUE - Il y a encore un an, Emmanuel Macron était de l'autre côté du boulevard de Bercy. Si le ministre de l'Économie qu'il était avait déjà lancé son mouvement En Marche! depuis quelques jours, il ne s'imaginait peut-être pas une année plus tard dans une AccorHotels Arena bondée (25.000 personnes selon l'équipe de campagne). Qui plus est dans une position de favori, certes fragile, et dans une ambiance digne d'un concert d'une star de la pop.

Musique électro diffusée à (très) fort volume, fans euphoriques, mise en scène millimétrée, jeux de lumières, "photomacron".... L'organisation n'a pas lésiné sur les moyens pour donner à l'événement de ce lundi de Pâqes, le 17 avril, des allures de spectacle. Détail parmi d'autres, une "kiss cam", diffusant sur les multiples écrans géants les militants filmés en direct.

La kiss cam version En Marche #MacronBercy pic.twitter.com/uozGwa2rIo

— Alexandre Boudet (@Alex_Boudet) 17 avril 2017

Grisés par cette ambiance pleine d'enthousiasme, le candidat d'En Marche! et ses soutiens n'ont pas résisté à la tentation de se voir déjà à l'Elysée. Et ce, avant même que la première mi-temps du match ne soit jouée.

Prince de l'amour

Arrivant triomphant en traversant la foule, Emmanuel Macron a passé de longues secondes sur scène en saluant le public, avant d'ouvrir son discours par une véritable déclaration d'amour à la France. "Je l'aime dans son passé mais à la différence d'autres, je l'aime aussi dans son avenir", a lancé le candidat à la présidentielle, affirmant vouloir "rendre à la France son optimisme!".

L'amour, voilà le thème qui était à l'honneur ce lundi après-midi. Alors qu'il louait "le rassemblement" porté par son mouvement, le candidat à la présidentielle a été subitement interrompu: "Je t'aime M. Macron merde!". Interjection à laquelle Emmanuel Macron a répondu par un bisou. Plus loin, il citera Diderot: "Partout où vous ne lirez rien, lisez que je vous aime".

Fidèle à la "bienveillance" qu'il prône à...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages