"Comment le porno amateur pousse les actrices à aller toujours plus loin" : infiltré pendant un an, il raconte l'envers du décor

Bastien Hugues

Il est passé "de l'autre côté de l'écran". Pour dévoiler le vrai visage du porno amateur français, le journaliste Robin d'Angelo a passé plus d'un an au plus près des producteurs, réalisateurs, acteurs et actrices. Une enquête en immersion qui l'a poussé à assister à de nombreuses scènes, à accepter un rôle de figurant dans un film et même à remplacer un caméraman au pied levé pour dépanner un producteur. Objectif : comprendre comment sont fabriquées les vidéos "amateur" regardées chaque jour par des millions d'internautes en France. Résultat : un livre* édifiant, glaçant, où se mêlent absence de consentement, pratiques dégradantes ou encore non-respect du droit du travail.

Franceinfo : Quelle image du "porno amateur" aviez-vous avant de débuter votre enquête ?

Robin d'Angelo : Celle de petits couples, souvent issus du milieu libertin et qui, pour se faire plaisir, pour réaliser un fantasme, décidaient de passer devant la caméra. J'avais aussi en tête que les gens qui étaient derrière ce genre de vidéos étaient eux-mêmes des amateurs.

Et c'est finalement loin de ce que vous avez constaté sur le terrain...

On est effectivement très loin des scénarios qui présentent des filles venues réaliser un (...)

Lire la suite sur Franceinfo