Le porno amateur n'aura plus de secret pour vous après ça

Valentin Etancelin
1 / 2

Le porno amateur n'aura plus de secret pour vous après ça

Le livre offre une plongée immersive et angoissante dans le milieu de la pornographie amateur. (Photo d'illustration)

SEXE - Une vidéo ne coûte que quelques centaines d'euros. Ses acteurs et actrices n'ont pour la plupart jamais tourné. L'absence de professionnalisme ne déplaît pas aux consommateurs. Mieux, il fascine. Dans un contexte, en France comme à l'étranger, où les moyens pour se filmer sont désormais à la portée de toutes et tous, l'industrie du porno amateur cartonne, au détriment de son cinéma traditionnel.

Fort de ce constat, le journaliste indépendant Robin D'Angelo, consommateur régulier de ce genre de vidéos, a décidé d'infiltrer le milieu. Comment sont réalisées ces scènes? Qu'est-ce qui plaît autant à ses admirateurs? Pourquoi certaines femmes sont-elles prêtes à se faire éjaculer sur le visage par une trentaine d'hommes cagoulés face à la caméra?

Autant de questions auxquelles l'ancien rédacteur en chef du site d'information StreetPress tente de répondre dans un livre intitulé Judy, Lola, Sofia et moi qui sort en librairie, ce jeudi 18 octobre, aux éditions Goutte d'Or, les mêmes à qui l'on doit l'ouvrage de Gabrielle Deydier On ne naît pas grosseet Panam Underground. Il en ressort une immersion glaçante auprès de celles et ceux qui "font" le milieu, et nous apprend cinq choses que nous étions loin d'imaginer sur le porno amateur.

1. Le porno amateur n'a pas peur des clichés racistes


L'intérêt de ce livre tient beaucoup dans les rencontres que le journaliste fait. Parmi celles-ci, il y a des actrices, des acteurs, mais aussi des producteurs. Ces derniers sont importants. Ils vont lui permettre d'atterrir en plein cœur des tournages, et ce, dès les premiers chapitres. Ces scènes dont rend compte Robin D'Angelo éclairent sur un phénomène qui persiste dans le milieu du porno, à savoir le racisme.

"Le premier truc que tu dois savoir, mon p'tit pote, c'est que l'porno, ça marche par niches. Alors quand tu as deux Blacks comme aujourd'hui, ça fait ton scénario. Là, j'ai mon thème sans me fouler", explique un cadreur au journaliste. "Ce qu'il veut te dire,...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post