Les populations de requins s'écroulent à cause de l'Homme depuis la préhistoire

·2 min de lecture

Les requins de récifs ont perdu une grande partie de leur effectif depuis que les humains ont colonisé la planète.

Il y a quelques jours, une étude révélait l’existence d’un qui a frappé les requins de haute mer, il y a 19 millions d’années. Pour s’en rendre compte, les auteurs avaient étudié la répartition et l’abondance dans les sédiments de microfossiles appelés ichtyolites qui sont constitués de fragments d’écailles et de dents de requins et d’autres poissons. Aujourd’hui, des scientifiques de l’Université de Californie à Santa Barbara ont appliqué la même technique pour étudier les requins de récifs sur une période beaucoup plus récente, à partir d’il y a 7.000 ans.

Trois fois moins de requins qu’à la préhistoire

Ils ont, eux, analysé les ichtyolites dans un ancien récif de corail nommé Bocas del Toro sur la côte Caraïbe de Panama ainsi que sur trois autres sites modernes. Leurs résultats, publiés dans la revue , indiquent que l'abondance des requins dans la région a diminué d'environ trois fois depuis la préhistoire, les espèces nageant plus rapidement étant plus durement touchées. Une grande partie de cette diminution s’étant produite au cours des 100 dernières années et plus particulièrement durant la deuxième moitié du 20ᵉ siècle. Ce sont les requins pélagiques à nage rapide qui semblent avoir le plus souffert des activités humaines.

Les auteurs ont également compilé et analysé les archives correspondantes aux habitats humains dans la région et constaté que le récif fossile étudié était antérieur aux premières traces d’installations de l’Homme dans cette région. Ce qui leur permet d’affirmer que c’est essentiellement l’impact de l’exploitation marine par les communautés nouvellement installées qui est responsable de la baisse de diversité des requins.

Images en fausses couleurs au microscope électronique à balayage des écailles de plusieurs espèces de requins trouvées sur les récifs des Caraïbes. Crédit : Erin Dillon, Jorge Ceballos, Aaron O'Dea, & Ashley Diedenhofen.

Un déclin qui n'est pas uniquement lié à la surpêche

Les chercheurs ont également découvert que les[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles