Pour la population rurale de Madagascar, l'île aux orages, la foudre relève de la sorcellerie

Jacques Deveaux
Six personnes d'une même famille, dont un enfant de trois ans, ont été tuées par la foudre au cours du week-end des 26 et 27 janvier 2019 dans le centre de Madagascar. Surprises par la pluie, elles s’étaient mises à l’abri sous une chaumière. Un dramatique fait divers qui est, hélas, monnaie courante sur la Grande île. Au point que dans les contrées reculées, on parle de sorcellerie.

Comme partout dans le monde, la foudre tue à Madagascar. Parfois, elle prend des formes qui rajoutent au drame. Ainsi, en décembre 2016, elle frappe une école dans le centre de l’île. Sept élèves de 12 à 13 ans sont tués. Le coup de foudre a fait perdre connaissance à 18 élèves. En tout, 21 personnes ont été conduites à l’hôpital. Le maire de cette commune rurale a évoqué une météo pourtant clémente, selon le site internet LINFO : un ciel très clair et un temps ensoleillé. Des conditions qui ne correspondent absolument pas à un temps d’orage, et qui font dire à la population locale "qu’il s’agit d’un acte de sorcellerie ou de science occulte".

Car dans les zones reculées de l’île, les croyances veulent que ces cas de foudroiement humain ne soient pas naturels. On parle de zavatra nataon’olona. Bref, l’acte de quelqu’un qui sait manier la foudre. Un acte de vengeance ou d’élimination d’un adversaire. Pour s’en protéger, selon la tradition, il faut avoir chez soi une carapace de tortue et des œufs pourris !

L’Express de Madagascar relate le dernier accident mortel qui a tué six membres d’une même famille, dont un enfant de trois ans, le 26 janvier 2019. Les circonstances sont floues. L'AFP parle d'un travail aux champs, la presse locale d'une réunion de famille pour une cérémonie. L’Express précise que ce n’est pas la première fois que la commune d’Alatsinainy Bakaro est frappée par un tel drame. Des foudroiements mortels (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi