Popularité: Macron atteint son plus bas en pleine crise des gilets jaunes [SONDAGE EXCLUSIF]

Geoffroy Clavel
1 / 2

Popularité: Macron atteint son plus bas en pleine crise des gilets jaunes

Pour la première fois de son quinquennat, Emmanuel Macron voit sa cote de popularité passer sous la barre des 20%.

POLITIQUE - Et dire que cette enquête de popularité a été effectuée avant les événements de samedi dernier. Réalisé entre le 28 et le 29 novembre, à l'avant-veille de la journée de mobilisation des gilets jaunes du 1er décembre qui a donné lieu à de violentes scènes d'émeutes, le baromètre mensuel YouGov pour Le HuffPost et CNews marque une nouvelle chute brutale de l'image du président de la République et de son premier ministre. Pour la première fois depuis le début de son quinquennat, Emmanuel Macron voit sa popularité passer sous la barre symbolique des 20% d'approbation.

Dans cette enquête en ligne réalisée auprès de 1006 personnes, dans un contexte déjà fortement marqué par la crise sociale et politique des gilets jaunes, le verdict est sans appel pour le couple exécutif. Avec seulement 18% d'opinions favorables, Emmanuel Macron perd 3 points de confiance, enregistrant une baisse pour le troisième mois consécutif. A l'inverse, le chef de l'Etat subit une hausse de 10 points d'avis défavorables (76%) en un mois.

"Emmanuel Macron se voit sanctionné par toutes les franges de l'opinion", constate l'institut YouGov. De fait, le chef de l'Etat perd 6 points dans son coeur de cible électoral au centre (69% d'opinions favorables), 5 points auprès des sympathisants de droite (12% d'opinions favorables) et 1 point auprès des sympathisants de gauche (21% d'opinions favorables).

En première ligne dans ce conflit, le premier ministre n'échappe pas à cette vague de désapprobation. Edouard Philippe, qui avait jusqu'ici évité les chutes brutales, voit son image dégringoler de 6 points, à 21% d'opinions favorables. Un record à la baisse depuis son arrivée à Matignon.

Notons que ce sondage ne tient pas compte des récents gestes d'apaisement effectués par le chef du gouvernement, et notamment le moratoire sur les hausses des taxes sur les carburants.

Un mouvement "justifié" même pour les macronistes

Signe que les très vives tensions sociales qui traversent le pays ne... Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Cette vidéo pourrait également vous intéresser :