Un pont aérien va être ouvert pour faire vacciner 260.000 Français à Cuba

·1 min de lecture

Avec le soutien d'Air France, le gouvernement envisage de jeter un pont aérien entre Paris et La Havane pour faire vacciner les 50 / 60 ans à risque avec le vaccin local.

Selon nos informations, la France devrait organiser dans les prochaines semaines une liaison aérienne quasi permanente avec La Havane pour permettre d'accélérer la vaccination. Ce dispositif, qui s'appuierait sur la compagnie nationale Air France, serait réservé aux personnes de 50 à 60 ans souffrant de comorbidités, et qui ne peuvent pas encore avoir une injection sur notre sol.En tout, 260.000 personnes seraient éligibles à ces vols vaccinaux Paris-La Havane. Elles recevront le fameux vaccin local cubain, le Soberana 2 (le Souverain 2, en français dans le texte), développé par ce pays doté d'un système de santé extrêmement performant."Les consignes sont claires, confie à Marianne un cadre haut placé d'Air France, Pour répondre aux attentes du gouvernement, il nous faut faire en sorte qu'à compter du 7 avril prochain la plupart de nos Airbus A330 et A350 et de nos Boeing 777 et 787 soient mobilisables afin qu’ils puissent, 7 jours/7, 24 heures/24, assurer plus de 1.000 rotations entre la France et Cuba."Défi logistiqueUn véritable défi logistique pour la compagnie, dont les avions, mis en "hibernation" pour certains faute d'activité suffisamment régulière sur les lignes long-courrier, doivent être remis en état de vol en un temps record. Les équipages, qui assuraient jusqu'ici le strict minimum...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République