Pompiers et forces de l'ordre visés par des tirs de mortier d'artifice devant un lycée de Compiègne

·2 min de lecture

La situation a dégénéré lundi devant un lycée de Compiègne, où les forces de l'ordre, alertées par des feux de poubelle, ont été visées par des tirs de mortier d'artifice. 

Les forces de l'ordre ont été visées lundi matin par des tirs de mortier d'artifice devant un lycée de Compiègne (Oise) proche d'un quartier où ont eu lieu des violences similaires ces dernières semaines, a appris l'AFP auprès du parquet et de la préfecture.

Les faits se sont déroulés en deux phases, devant le lycée polyvalent Mireille Grenet (2000 élèves), a expliqué à l'AFP la procureure de Compiègne Marie-Céline Lawrysz. Vers 07H30, une patrouille du commissariat de Compiègne, alertée par des feux de poubelle devant l'établissement, a d'abord essuyé des jets de projectiles et "au moins cinq tirs de mortiers d'artifices". "En danger", les policiers ont dû abandonner le véhicule, qui a été "dégradé", et dans lequel du matériel de police a été dérobé.

Dans un second temps, vers 08H30, "une centaine" de personnes, "cagoulées" d'après la préfecture, ont affronté policiers, gendarmes et pompiers devant l'établissement.

Cinq mineurs interpellés

A l'issue de ces heurts, cinq mineurs de 15 à 16 ans ont été interpellés, selon Marie-Céline Lawrysz: trois étaient en possession d'objets manifestement dérobés dans le véhicule de police, deux pour jets de projectiles contre les forces de l'ordre. Il n'était pas encore déterminé à la mi-journée si ces adolescents étaient scolarisés dans ce lycée ou pas. Lors de ces incidents, un pompier a également été légèrement blessé à l'avant-bras par un tir de mortier, alors qu'il tentait d'éteindre une poubelle en feu, selon la préfecture.

"Une nouvelle agression qui s’ajoute à une liste hélas déjà très longue", a dénoncé dans un communiqué le président du SDIS de l'Oise Eric de Valroger. "Il est intolérable de s’en prendre à celles et ceux qui, à chaque heure du jour et de la nuit assurent(...)


Lire la suite sur Paris Match