Kit Harington : son entraînement de spartiate pour incarner un gladiateur dans Pompéi (W9)

·1 min de lecture

Une passion d’enfance
À 10 ans, Paul William Scott Anderson découvre un livre qui raconte l’incroyable drame de Pompéi, dévastée par une éruption volcanique en l’an 79. Les images des habitants figés par les cendres et la lave le fascinent. De plus, le gamin adore l’Antiquité : "L’histoire de l’Empire romain me captive, car je suis né au nord de l’Angleterre, une région de sites archéologiques que je visitais avec mon père. " Une fois l’ouvrage refermé, il jure d’en faire un jour un film. Sa vocation de réalisateur est née.

Le modèle Maximus
En 2000, Paul Anderson a une deuxième révélation en découvrant Gladiator, de Ridley Scott, metteur en scène anglais, comme lui qu’il admire profondément. "Ce chef-d’œuvre a bouleversé ma vie !" L’irrésistible ascension de Maximus (Russell Crowe) dans l’arène va inspirer le scénario de Pompéi : comme le héros de Gladiator, Milo est un gladiateur cherchant à se venger des puissants. Et, comme Maximus, secondé par l’esclave nubien Juba (Djimon Hounsou), Milo est allié à un athlète africain nommé Atticus (Adewale Akinnuoye-Agbaje). Merci, Ridley Scott…

Un héros bankable
Pour incarner Milo, le gladiateur celte au sang chaud, le réalisateur pense à Kit Harington, le taciturne Jon Snow de Game of Thrones. Un choix judicieux, sachant que la série est vue par des millions de téléspectateurs. Commentaire d’Anderson :

" Nous avions un act... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi