La Pologne remet en cause la primauté du droit européen : on vous explique cette décision explosive

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Marine Le Pen et Eric Zemmour expriment leur "soutien" à la Pologne, Nicolas Dupont-Aignan dit "bravo" et Florian Philippot salue un "coup de tonnerre". Depuis jeudi, les figures de l'extrême droite et de la droite souverainiste française applaudissent l'arrêt du Tribunal constitutionnel polonais, qui a jugé des articles des traités de l'Union européenne incompatibles avec la Constitution du pays. Une décision historique et explosive qui relance l'hypothèse d'un "Polexit". Le JDD vous explique ce qu'il s'est passé et pourquoi une décision polonaise a des répercussions jusque dans le débat public français.

Une décision qui remet en cause les traités européens

Jeudi, le Tribunal constitutionnel polonais, la plus haute juridiction du pays, a estimé que plusieurs articles des traités européens étaient "incompatibles" avec la Constitution. Cela revient à contester la primauté du droit européen sur le droit polonais et, par extension, à remettre en cause les traités européens. Dans son arrêt, la présidente de la Cour constitutionnelle, Julia Przylebska, a aussi déclaré que les institutions européennes "agissent au-delà du champ de leurs compétences".

Le concept de primauté du droit européen signifie qu'au sein des Etats membres, le droit national doit être conforme aux traités, aux règlements ou encore aux directives de l'UE. Mais le droit de l'Union n'est pas non plus tout puissant : le champ d'action de l'UE se limite aux compétences que les Etats membres lui ont accordées, dans ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles