En Pologne, les réfugiées ukrainiennes victimes de viol se heurtent à la loi anti-IVG

© Michael M. Santiago / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Réfugiées et enceintes, des centaines de femmes ukrainiennes découvrent la loi polonaise sur l’avortement, particulièrement restrictive : l’IVG n’est autorisée qu’en cas d’inceste, de viol ou de danger de mort pour la mère. Beaucoup font appel aux associations pour avorter après avoir tout perdu, laisser un mari en Ukraine ou été violées par des soldats russes.

En Pologne, la loi empêche les réfugiées ukrainiennes d’avorter alors que nombre d’entre elles ont été violées par des soldats russes. La loi polonaise sur l’avortement est particulièrement restrictive : l’IVG n’est autorisée qu’en cas d’inceste, de viol ou de danger de mort pour la mère.

"Elles sont seules et nerveuses"

Le nombre d’appels à l’aide augmente chaque semaine. Nastya Podorozhnya a créé une ligne d’assistance sur Telegram pour informer et soutenir notamment celles qui passent la frontière enceintes et qui souhaitent avorter. "Elles sont seules, dans un endroit où elles viennent d’arriver, parfois c’est juste un abri. Elles sont toutes nerveuses. Récemment une femme m’a envoyé un message, elle était dans une salle de bain, elle saignait, elle voulait juste être avec quelqu’un, nous avons parlé de la météo… Pour moi, tout ça, c’est continuer à les traumatiser", témoigne-t-elle sur Europe 1.

"C'est déjà compliqué pour les Polonaises, pour les réfugiées c'est encore pire"

Certaines ont été violées par des soldats russes. Si l’IVG est autorisée dans ce cas en Pologne, ce n’est qu’en théorie. Car la procédure décourage les victimes, souligne Mara Clarke. Elle est membre de l’association Avortement sans frontières.

"Vous devez prouver que vous avez été violée, faire un rapport assez crédible pour que la police vous croit. C’est déjà compliqué pour les femmes polonaises mais pour les réfugiées, c’est encore pire. Elles sont choquées parce que dans l’Ukraine qu’elles ont q...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Guerre en Ukraine: la Bulgarie et la Pologne privées de gaz russe

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles