Pologne : le « punchdown », ou l’art de la gifle

·1 min de lecture
Chacun va, avec l’une de ses mains, essayer de gifler la joue de l’adversaire en s’évertuant à atteindre la zone qui se trouve « entre la mandibule et l’os zygomatique ». (Photo d'illustration)

Un hebdomadaire polonais s’inquiète de l’engouement de certains jeunes, pour un « sport » non sans danger, qui consiste à gifler son adversaire jusqu’au KO.

Pourrait-on, dans un futur proche, voir le « punchdown » intégrer les disciplines proposées aux Jeux olympiques ? En tout cas, ce nouveau « sport » inquiète fortement Polityka, un hebdomadaire polonais, qui a écrit un article sur ce sujet, repéré par Courrier international. Et pour cause, cette activité, que l'on pourrait aussi renommer « l'art de la gifle », consiste à donner des claques à son adversaire jusqu'au KO... Et l'engouement des jeunes Polonais pour les « tournois de gifles » semble croître, sur les réseaux sociaux.

Des arbitres évaluent la qualité des coups

Les règles, évoquées par le média, sont d'une simplicité désarmante. Les compétiteurs se font face. Entre eux, seule une table les sépare. Chacun va, avec l'une de ses mains, essayer de gifler la joue de l'adversaire en s'évertuant à atteindre la zone qui se trouve « entre la mandibule et l'os zygomatique », comme le détaille Polityka. Attention, les pieds ne doivent pas quitter le sol au moment où les coups sont administrés. Par ailleurs, il est aussi interdit de toucher « les oreilles, les yeux, le cou ou le menton », précise le média polonais, qui ajoute que si des arbitres évaluent la qualité des coups, il est tout aussi envisageable de gagner par KO.

À LIRE AUSSI MMA : la France entre dans la cage !

Comme le rappelle le magazine, bien que cette discipline soit appréciée en Pologne, c'est en Russie qu'elle a vu le jour. Et depuis, l'engouement suscité en Pologne « a nettement dépassé l'original [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles