En Pologne, une partie de l'opposition russe discute de «l'après-Poutine»

AP - Evgeny Biyatov

Préparer l'après. C'est l'objectif d'une partie des membres de l'opposition russe réunie ce week-end en Pologne. Leur but : ouvrir une voie démocratique pour la Russie après la chute de Vladimir Poutine. Une issue probable, selon eux, dans le contexte de la guerre en Ukraine. Ils veulent poser la première pierre de ce que pourrait être un gouvernement de transition, et veulent montrer que l'opposition existe encore.

Avec notre correspondant à Varsovie, Martin Chabal

Réunie dans un hôtel de la banlieue de Varsovie, l'opposition à Vladimir Poutine veut se tenir prête.

Ilya Ponomarev est un ancien député russe. Il s'est opposé à l'annexion de la Crimée en 2014 et, aujourd'hui, il fait partie de ceux organisent cette réunion.

Notre objectif est de créer un parlement de transition. Un organe qui sera mis en place dès le lendemain du changement de pouvoir en Russie.

Il n'y aura pas d'impact direct sur la société russe à la fin de ce rassemblement. Mais selon le politologue Olivier Védrine, proche de l'opposition russe et venu observer les débats de cette fin de semaine, c'est un moment historique pour l'opposition.

Pour moi, il faut offrir une alternative, une espérance, à un système qui va être dans une impasse. Et pour éviter le chaos, il faut que cette organisation soit là pour fédérer une transition.

Choisir Varsovie pour héberger une telle réunion est également symbolique. Pour Liudmyla Buimister, députée ukrainienne invitée en signe de soutien au peuple ukrainien, la Pologne a encore montré son dévouement pour son voisin.