Pologne: Kaczinski dénonce les manifestations qui visent «à détruire le pays»

·1 min de lecture

En Pologne, le chef du parti ultra-conservateur au pouvoir est sorti de son silence. Jaroslaw Kaczinski a réagi après plusieurs jours de contestations contre la quasi-interdiction de l’avortement dans le pays. L’homme fort de Pologne a dénoncé des manifestations qui visent « à détruire le pays ». Un discours loin d’apaiser les tensions, alors qu’une grève nationale est prévue ce mercredi dans le pays où les revendications dépassent la question du droit à l’avortement.

Avec notre correspondante à Varsovie, Sarah Bakaloglou

Rassemblées devant le Parlement polonais, Anja et Claudia font partie de la vieille génération de manifestantes pour le droit des femmes. Mais la contestation des années passées n’a rien à voir avec celle actuelle, se réjouissent les deux amies. « En 2016, dit Claudia, je n’ai pas vu autant de jeunes dans les rues.. C’est vraiment la différence ! On est à un moment où les jeunes, ils en ont tout simplement assez du gouvernement. » « Personne ne va les calmer, ni un prêtre, ni la police, ni le gouvernement, poursuit Anja. Les jeunes remarquent les conneries. »

Car si l’accès à l’avortement a été le point de départ de la contestation, les revendications des manifestants vont maintenant plus loin : restaurer l’indépendance de la justice, mettre fin à l’influence de l’Eglise sur la politique. « On souhaite organiser une sorte de conseil pour que les experts, les autorités, les activistes, et les manifestants s’assoient ensemble, et pour penser à comment réorganiser le pays, confie Klementyna Suchanow, du mouvement la grève des femmes. Tout le monde veut que le gouvernement s’en aille. » De nouvelles grandes manifestations sont prévues dans la capitale polonaise ce vendredi.