Pologne : les damnés de la forêt

·2 min de lecture

Des milliers de candidats à l’exil venus du Moyen-Orient tentent depuis l’été de rejoindre l’Europe de l’Ouest. Instrumentalisés par le régime de Minsk, ils se heurtent en Pologne aux policiers, qui les refoulent vers la frontière. Dans la région de Bialowieza, dans le nord-est du pays, nos reporters ont rencontré ces naufragés qui survivent dans des conditions extrêmes. 

Paris Match. Poussés par la Biélorussie, les migrants se retrouvent pris au piège, ils sont finalement les pions d’un jeu de ping-pong avec la Pologne
Ghislain de Violet. Il s’agit là d’une vraie souricière. Ils prennent cette route de la Biélorussie sans s’attendre à ce qu’en face, la réponse de l’Etat polonais soit aussi forte. Ils se retrouvent pris en tenaille. Les policiers, les soldats et les gardes-frontières les renvoient en très grande majorité manu militari vers la Biélorussie. L’Etat polonais a instauré dans la forêt primitive de Bialowieza une zone sous état d’urgence, interdite à la presse et aux ONG. Résultat, ils peuvent faire ce qu’ils veulent. C’est en quelque sorte une zone de non-droit, étendue le long de la frontière biélorusse, sur quelques kilomètres de large. Les migrants que nous avons rencontrés se trouvaient en lisière de cette zone.

Dans quelles conditions vivent-ils ?
Ils survivent plus qu’ils ne vivent. La plupart ne possèdent pas de tentes, ils sont à même le sol et s’abritent comme ils peuvent, à l’aide de sacs de couchage et de couvertures. Leur survie dépend en grande partie de la bonne volonté et de la solidarité de quelques résidents. L’aide des ONG et des habitants reste malgré tout très encadrée. Elle se limite à des dons alimentaires, de médicaments…

Que risquent les habitants qui leur viennent en aide ?
Ils ne peuvent pas rentrer dans la zone rouge au risque de se retrouver devant un juge. Et n’ont, a priori, ni le droit de convoyer ni d’héberger les migrants.

Un reportage à retrouver dans le numéro 3783 de Paris Match, en vente dans les kiosques.


Retrouvez cet article sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles