Pologne«On est désolé pour les salariés d’Amiens, mais que faire ?»

Libération.fr

Après avoir quitté la Somme, Whirlpool délocalise à Lodz dans une région qui attire beaucoup d’industries, grâce à ses ouvriers moins payés qu’en France, bien formés et un régime fiscal avantageux.

Un train flambant neuf entre à Lodz Fabryczna, l’immense gare ultramoderne de la troisième ville de Pologne. «C’est bien Lodz ?» demande un des passagers, assez étonné du nouveau look de la gare. Cela fait dix ans qu’il n’est pas venu dans cette cité du textile, surnommée autrefois «le Manchester polonais». C’est ici que le fabricant américain d’électroménager Whirlpool a choisi d’installer la production de sèche-linges nouvelle génération, qu’il effectuait jusqu’à maintenant à Amiens. Mais contre quoi «la petite Venise du Nord» a-t-elle perdu ? A la chute du communisme, Lodz a vécu deux décennies de crise et s’est débattu pour en sortir. La ville voit grand aujourd’hui. «Trop grand même», disent parfois ses habitants. Ils se demandent s’ils ont vraiment besoin d’avoir «la plus grande gare souterraine de Pologne» et «la troisième en Europe».

Pour la maire Hanna Zdanowska, «cette gare est le symbole d’une ville qui renaît, signe des changements qui s’y opèrent». Le 5 avril, l’élue accueillait une délégation du Bureau international des expositions car Lodz se bat pour l’organisation de l’Exposition universelle 2022. Le thème porte sur la «revitalisation de la ville», domaine dans lequel Lodz peut s’afficher en experte. Ses usines textiles en briques rouges du XIXe siècle abritent aujourd’hui des centres commerciaux, des banques et des musées. Mais ce n’est pas la gare ni même la transformation urbaine qui attire ici les investisseurs du monde entier comme Dell, Gillette ou BSH, un autre géant de l’électroménager qui produit pour ses marques Bosch et Siemens. C’est plutôt «le bas prix de la main-d’œuvre, de surcroît une main-d’œuvre qualifiée», explique Wojciech Konecki, directeur du Conseil européen de construction d’appareils domestiques (Ceced) pour la Pologne.

Payé (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

La Bourse de Paris ferme en petite forme avant la pause pascale
Guyane: le conflit social se prépare à une nouvelle phase
Bras de fer financier entre TF1 et les opérateurs télécoms
Wall Street avance un peu sur un marché partagé
Grippe aviaire: la filière volaille promet de se réorganiser

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages