La Pologne et la Corée du Sud resserrent leurs liens autour du chou fermenté

AP - Ahn Young-joon

Daesang, le géant coréen du kimchi, le plat typique coréen à base de chou fermenté et de piment, va ouvrir sa première usine européenne en Pologne d’ici 2024. Signe d’une collaboration de plus en plus étroite entre les deux pays.

De notre correspondant à Varsovie,

La Pologne pour conquérir l’Europe. Afin d’inonder de kimchi les supermarchés européens de plus en plus demandeurs, Daesang a choisi de s’installer dans le sud du pays. Le leader mondial du secteur s’est pour cela associé avec un groupe polonais qui commercialise du chou fermenté. Montant de l’opération : 11 millions d’euros.

Un choix logique quand on se penche dans les assiettes polonaises et sud-coréennes. Composé de chou fermenté, d’ail et de piment, le kimchi accompagne presque systématiquement les plats phares de la cuisine coréenne que sont le bibimbap (mélange de riz et de légumes) et le bulgogi (une sorte de barbecue). En Pologne, on retrouve le chou fermenté notamment dans le bigos, ce plat traditionnel servi pendant la période de Noël.

Logique aussi du point de vue agricole. Avec environ 1 million de tonnes de chou cultivées chaque année, la Pologne est le premier pays producteur de l’Union européenne. Daesang n’aura sans doute aucun mal à se fournir en légume. Elle espère ainsi sortir de cette nouvelle usine 3 000 tonnes de kimchi par an.


Lire la suite sur RFI