La Pologne construit une barrière de barbelés à sa frontière avec l’enclave russe de Kaliningrad

AP - Michal Kosc

La Pologne accuse la Russie et son allié biélorusse d’envoyer des migrants venus du Moyen-Orient et leur faciliter le passage vers les frontières de l’Union européenne. Pour décourager le Kremlin dans son entreprise, Varsovie met en place une barrière physique.

Trois rangées de fils barbelés de 2,5 mètres de haut et de 3 mètres de large ! C’est le nouveau projet de la Pologne à la frontière avec l’enclave russe de Kaliningrad. Et les travaux ont déjà commencé d’après le ministre de la Défens.

Le gouvernement polonais veut empêcher Moscou d’utiliser l’enclave comme point de passage pour les migrants et demandeurs d’asiles venus du Moyen-Orient. Car depuis l’année dernière la Russie et la Biélorussie sont accusés d’accompagner des migrants jusqu’à la frontière et de les aider à traverser illégalement, rapporte notre correspondant à Varsovie, Martin Chabal.

Varsovie craint une arrivée massive de réfugiés depuis Kaliningrad. La semaine dernière, l’aéroport de l’enclave a signé des contrats avec des compagnies syriennes, turques et biélorusses. Des nationalités largement retrouvées parmi les migrants qui ont pu traverser la frontière plus tôt dans l’année.

Suite au lancement des vols reliant le Moyen-Orient et l'Afrique du nord avec Kaliningrad, « j'ai décidé d'agir en vue d'augmenter la sécurité à la frontière avec l'enclave de Kaliningrad. Nous commençons à y construire une barrière provisoire », a déclaré à la presse le ministre de l'Intérieur polonais Mariusz Blaszczak.

La frontière biélorusse également concernée


Lire la suite sur RFI