La Pologne confirme une frappe de missile "très probablement de fabrication russe"

La Pologne confirme la mort de deux de ses citoyens dans une explosion sur son territoire et relève son niveau d'alerte militaire. Le gouvernement polonais a convoqué, mardi, une réunion d'urgence de son conseil de sécurité nationale et des affaires de défense. A l'issue de cette réunion, le porte-parole du gouvernement polonais, Piotr Muller, a confirmé que deux citoyens polonais sont morts à la suite d'une explosion dans le village polonais de Przewodow, tout près de la frontière avec l'Ukraine. Il a également annoncé le renforcement du niveau d'alerte de "certaines unités de combat... et d'autres personnels en uniforme". L'origine de cette explosion n'est pas encore déterminée. De son côté, la Russie a qualifié mardi de "provocations" ces informations.

Le président Joe Biden a réuni en urgence ce matin les dirigeants du G7 et ses alliés en Indonésie, après la chute d’un missile en Pologne. Une enquête est actuellement en cours. D’après Varsovie, le projectile tombé à quelques kilomètres de la frontière ukrainienne serait de fabrication russe.

Pendant la réunion, le dirigeant américain a renouvelé son soutien à la Pologne, et annoncé l’envoi d’experts pour épauler les enquêteurs sur place, et "déterminer ce qui s’est réellement passé". Mais selon lui, la piste d’un missile tirée depuis la Russie reste "improbable" pour le moment.

L'Europe suit attentivement la situation en Pologne. Le président du Conseil européen, Charles Michel, s'est dit "choqué" par les "nouvelles" sur des morts en Pologne par "un missile ou autre", sur Twitter mardi soir. Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, a de son côté convoqué un conseil de défense. La défense suédoise "suit très attentivement les évènements et les conséquences des explosions en Pologne", toutefois, les autorités suédoises disent ne voir "aucune activité qui menace la Suède et aucune mesure supplémentaire n'a été prise pour le moment".

D’autres dirigeants, comme la Présidente de la Commission Européenne Ursula von der Leyen, le Président français Emmanuel Macron ou le Premier Ministre britannique Rishi Sunak ont exprimé leur soutien à la Pologne via les réseaux sociaux. Tous annoncent suivre l’enquête de très près.

Le Président ukrainien Volodymyr Zelensky a quant à lui qualifié cette attaque présumée "d'escalade très importante".

Le secrétaire général des Nations Unies António Guterres appelle à la plus grande prudence. Le conseil de sécurité des l’ONU abordera ce sujet lors d’une réunion exceptionnelle plus tard dans la journée.