Publicité

Pologne: après leur défaite dans les urnes, les conservateurs du PiS jouent la carte du blocage

Les dernières élections législatives d’octobre 2023 ont été vécues par beaucoup d’électeurs comme un nouveau souffle après huit ans de chaos démocratique. La coalition libérale a pris la place des ultranationalistes et conservateurs du parti Droit et Justice, le PiS. Mais remettre la Pologne sur les rails de l’État de droit semble plus compliqué que prévu. Et les coups de théâtre se multiplient.

Donald Tusk, le Premier ministre polonais, est déjà prêt à convoquer des élections anticipées, quatre mois seulement après sa nomination. Parce que le leader du nouveau gouvernement s’impatiente et commence même à s’agacer : « Si nous n’arrivons pas à gouverner, car le président Duda fait obstruction et qu’il veut des élections anticipées, il les aura. » Le gouvernement patine. Le Premier ministre en place depuis décembre s’est donné comme mission de « nettoyer les écuries d’Augias laissées par le gouvernement précédent » lors de son discours de politique générale. Mais il prend du retard dans les travaux.

Pour Maciej Onasz, politologue à l’université de Łódź, « Tusk et l’ensemble de la coalition sont dans une position très compliquée ». Les écuries sont encore bien gardées par les anciens propriétaires, « le PiS, après huit ans de règne, a solidement intégré des changements contraires à l’État de droit », poursuit Maciek Onasz. Et pour revenir en arrière, tout devient compliqué, notamment à cause du tribunal constitutionnel polonais.

Des blocages incessants


Lire la suite sur RFI