Pologne : Andrzej Duda, président de la division, l’emporte sur Rafal Trzaskowski, candidat de la conciliation

·2 min de lecture
*
*

La déception est rude pour les partisans de Rafal Trzaskowski. Le candidat de l’opposition libérale a perdu le second tour de l'élection présidentielle ce 12 juillet, face au président sortant. Andrzej Duda, candidat du Parti ultraconservateur et nationaliste Droit et Justice (PiS), au pouvoir en Pologne, restera au pouvoir pour cinq ans supplémentaires. Après dépouillement de 99,9% des bureaux de vote, Duda a recueilli 51,21% suffrages contre 48,79% pour Trzaskowski.

"Triste petit déjeuner. Mais l'absence de Jaroslaw Kaczyński (le président du PiS) au siège de campagne d'Andrzej Duda et les mines des présents prouvent que le PiS a compris ce qu'il s'est passé et ce qui les attend : ils devront gérer les effets de la crise avec des caisses vides et sans pouvoir blâmer le président de l'opposition. En outre, Rafaï Trzaskowski a gagné dans plus de la moitié de la Pologne, et tout cela malgré un maximum d'argent et de propagande télévisée pour Duda. Reste à souhaiter que l'opposition ne foire pas les trois prochaines années ", commente ainsi une partisane de l’opposition.

Tous les moyens de l'Etat employés

Le PiS a de quoi être préoccupé. Le président sortant, appuyé, au mépris des règles légales, par tous les moyens de l’Etat, partait vraiment favori de cette élection au résultat serré. Le maire de Varsovie, Rafal Trzaskowski, a ainsi réussi une spectaculaire remontée entre le premier et le second tour, grâce au report des voix, à une participation exceptionnelle, et à la mobilisation générale de l’opposition. En outre, pour la première fois depuis le rétablissement de la démocratie en Pologne, voici trente ans, les deux candidats au second tour ne se sont pas rencontrés lors d'un débat, n’ayant pas réussi à se mettre d'accord sur un format ni, surtout, sur la chaîne.

Lire la suite